Vos doigts sont-ils en train de « mourir » ?

Souffrez-vous parfois d’engourdissements dans les doigts ou de sensations de froid dans les extrémités de vos membres ?

Perdez-vous par moments toute sensibilité de vos oreilles ?

C’est sans doute temporaire, à cause d’un nerf qui se trouve écrasé ou dû à des changements de températures trop importants.

Il est possible que ce soit seulement la conséquence de la compression temporaire d’un nerf ou d’une variation importante de température.

Mais peut-être souffrez-vous en réalité de la maladie de Raynaud…

Pire, ces douleurs pourraient être le symptôme précoce d’une maladie bien plus grave !

Mais avant de vous inquiéter, laissez-moi vous en dire plus sur cette maladie qui touche entre 10% et 15% des femmes en France.

Une douloureuse maladie chronique

Quand les températures baissent et que le corps est exposé au froid, les vaisseaux sanguins se contractent pour deux raisons :

  • réduire la perte de chaleur
  • envoyer le sang aux organes vitaux

Chez les personnes atteintes de la maladie de Raynaud, le système neurovégétatif (système nerveux en charge des organes) sécrète de l’adrénaline en excès.

Cette surproduction d’hormone vasoconstrictrice entraîne des troubles de la circulation.

Cela a pour conséquence une contraction anormale des petites artères qui empêche le sang d’aller jusqu’aux extrémités du corps (doigts, orteils…).

Cela peut aussi affecter votre nez, vos lèvres et même les lobes d’oreilles.

Les crises durent en général quelques minutes… mais peuvent s’éterniser plusieurs heures !

Privés de sang et d’oxygène, c’est comme si vos doigts mourraient.

Cela ne suffit pas, malheureusement, de se protéger du froid car même un froid minime ou une simple variation de température peuvent déclencher la crise.

Pire, elles sont parfois également provoquées par une forte émotion ou un stress intense.

Et les conséquences peuvent être terribles.

De l’engourdissement à la cyanose 

Cette vasoconstriction excessive provoque des symptômes tels que des douleurs, des fourmillements et des engourdissements au niveau des extrémités corporelles.

La maladie évolue classiquement en trois phases :

1. La phase blanche dite « syncopale » : les doigts sont blancs, froids et engourdis

2. La phase bleue dite « asphyxique » : les doigts cyanosent (ils deviennent bleus sous l’effet du manque d’oxygène dans le sang) et douloureux

3. La phase rouge dite « érythermalgique » : les doigts se réchauffent, la sensibilité réapparaît accompagnée de rougeurs

La deuxième et troisième phrase ne se présentent que dans 20% des cas.

Alors si vous souffrez d’un de ces symptômes, rendez-vous chez un angiologue (spécialiste de la médecine vasculaire).

Celui-ci, par un simple examen des vaisseaux de la peau au niveau des ongles appelé capillaroscopie, sera capable de confirmer le diagnostic.

Et ne tardez pas car dans les pires des cas la diminution de la circulation sanguine peut devenir permanente et entraîner la déformation des doigts ou des orteils.

Si par malheur un ou plusieurs vaisseaux sont complètement obstrués, peuvent alors apparaître des ulcères, voire même une gangrène (mort des tissus).

Dans ces dernières hypothèses, cela signifie malheureusement que vos symptômes sont sûrement causés par une autre maladie bien plus grave qu’un simple trouble circulatoire…

Un syndrome parfois annonciateur de plus graves problèmes

Le syndrome de Raynaud est parfois le symptôme précoce d’une sclérodermie.

Cette maladie au nom barbare est une forme rare de rhumatisme inflammatoire.

Elle se manifeste par une production excessive de fibres de collagènes qui vont aller bloquer, épaissir et durcir la peau, les organes voire même l’ensemble du corps dans les cas les plus graves.

C’est alors beaucoup plus grave et c’est pourquoi il faut rester vigilant !

Mais ne vous inquiétez pas trop vite…

Dans la majorité des cas (chez 85% des femmes et 45% des hommes), le syndrome de Raynaud est simplement le symptôme de la maladie du même nom.

Il s’agit alors d’un problème bénin purement fonctionnel, bien que potentiellement très ennuyeux, pour lequel il existe des solutions.

Une prévention quotidienne

Il existe heureusement des mesures simples que vous pouvez appliquer à titre préventif pour diminuer les risques de crises :

  • Protégez-vous du froid et des variations de température : porter gants et chaussettes en coton ou en laine, multiplier les couches de vêtements (plus efficace qu’une seule couche même épaisse), éviter les contacts avec des objets froids.
  • Appliquez des crèmes à base de vitamine A en massant avec application plusieurs fois par jour.
  • Prenez de la vitamine B6, des oméga-3 et oméga-6 qui sont très efficaces pour contrer les spasmes circulatoires.
  • Arrêtez de fumer car le tabac favorise la constriction des vaisseaux sanguins.
  • Apprenez à gérer votre stress (mangez sainement, dormez au moins 8h par nuit, pratiquez la méditation…).
  • Limitez votre consommation de boissons caféinées qui peuvent avoir des effets vasoconstricteurs.
  • Entraînez quotidiennement vos vaisseaux à se dilater puis à se contracter grâce à des bains des membres : pour cela, alterner 30-60 secondes dans l’eau chaude et 10-30 seconde dans l’eau froide, plusieurs fois.

Enfin sachez qu’en cas de crise, le meilleur moyen pour vous soulager rapidement est tout simplement… un bain d’eau chaude !

Dans les formes peu sévères ces simples mesures de prévention peuvent suffire mais il faut parfois aller plus loin, et c’est pourquoi je vous propose un protocole adapté.

Le traitement naturel que je préconise

En général, les médecins que j’oserais qualifier de « classiques » prescrivent des inhibiteurs calciques qui ont une action de dilatation des artères (nifédipine [par ex. Ada­late®], datiazem [par ex. Tildiem®]).

Mais vous commencez à me connaître, alors vous savez que la solution que je vous propose est toute autre et 100% naturelle !

Tout d’abord misez sur l’huile essentielle de poivre noir : diluez-là à hauteur de 2% maximum dans une huile végétale (soit 60 gouttes maximum pour 100 ml d’huile) puis appliquez 3 à 4 gouttes de ce mélange aromatique dans le creux des mains ou des pieds et massez-les vigoureusement, jusqu’à ce que vos membres se réchauffent.

Vous pouvez également, comme toujours, vous reposer sur l’homéopathie :

  • Agaricus Muscarius 7 CH, Pulsatilla 7 CH, Magnesia Phospho­rica 7 CH, Sympathique 15 CH : 5 granules de chaque, deux à trois fois par jour. En crise toutes les vingt minutes jusqu’à la sédation de la douleur, tremper les membres atteints dans de l’eau chaude.
  • Agaricus Muscarius 7 CH : en cas de brûlures, rougeurs et démangeai­sons, au froid, tendance à avoir des tics.
  • Pulsatilla 7 CH : en cas de mains ou pieds violacés, avec congestion vei­neuse, douleurs apparaissant au réchauffement après l’expo­sition au froid, tendance aux varicosités.
  • Magnesia Phosphorica 7 CH : en cas de douleurs spasmodiques brusques, piquantes, erratiques, déclenchées par le moindre froid, améliorées par les applications chaudes et la friction. Terrain de spasmophilie.
  • Sympathique 15 CH : pour freiner l’action anormale du nerf sympathique.
  • Cuprum Metallicum 15 CH : en cas de crampes avec cyanose, au froid et au moindre mouvement, spasmes variables (œsophage, esto­mac, intestin, paupières), tendance aux convulsions.
  • Adrenalinum 15 CH : pour freiner la sécrétion d’adrénaline (hormone vasoconstrictrice) par les nerfs sympathiques.
  • Silicea 9 CH : en cas d’engourdissements des extrémités au froid, remède de fond pour traiter l’hypersensibilité au froid.
  • Petroleum 7 CH : en cas d’engelure avec peau sèche, de teinte grise comme sale, avec des gerçures et des fissures.

Munis de ces conseils j’espère que vous saurez vous faire diagnostiquer, prévenir et guérir les douleurs de la maladie de Raynaud.

C’est, pour moi, toujours un plaisir de vous lire afin de mieux vous conseiller par la suite alors n’hésitez pas à me faire part de vos expériences et de vos retours sur cette approche thérapeutique.

Et surtout, portez-vous bien !

Jean-Pierre Willem

Sources

6 comments on “Vos doigts sont-ils en train de « mourir » ?

  1. Bonjour Docteur,
    Suite a votre article concernant les doigts morts, je vous informe que pour contrer cet inconvénient, j’ ai remarqué qu’en pratiquant une ou deux cures pendant l’hiver, de Q10, mes problèmes étaient pratiquement inexistants, Si celà peut aider d’autres personnes Je lis avec interêt tous vos articles et vous remercie de vos conseils judicieux.
    Cordialement

  2. Merci pour tout ces conseils je souffre de cette maladie et l’hiver est une saison très difficile pour moi je suis régulièrement vos lettres merci beaucoup

  3. En réflexothérapie nous n’avons pas de problèmes pour faire circuler le sang dans tout l’organisme en stimulant les reflets :

    – de tout le trajet de l’aorte pour enlever les plaques d’athérome
    – de même les artères qui vont aux reins ; les reins doivent filtrer de 200 à 300 litres de sang par jour.
    – ne pas oublier les artères coronaires

    Ce traitement est extraordinaire car en même temps sont supprimées les douleurs de toutes les articulations.

    Je ne sais pas pourquoi ceci ne peut être publier.

  4. J’ai eu un opération à côté ouvert e depuis 5 jours j’ trois doigts mains droite qui sont endormis je sent que des fourmis et les extrémités sont rouges l’es médecin disent que ça arrive qu’un nerfs reste coincé enfant quatre heures d’operatio et que ca va se remettant mais e attendant quoi faire merci

  5. Bonjour Dr. Jean Pierre!!!!
    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre article qui me semble bien expliqué et simple à réaliser. Je souffre de ce mal Raynaud depuis longtemps et maintenant j’ai des choses à mettre en pratique et faire mes expériences.
    Merci beaucoup à vous et votre générosité.
    Malena Aristegui

  6. Maladie de Raynaud et Sclérodermie .
    Merci, Docteur de nous instruire .
    Je suis diagnostiquée , de la sclérodermie . J’ai très peu d’informations, pour des solutions pour ralentir les effets désastreux de cette maladie et soulager les douleurs aux mains , aux jointures ,pieds , aux jambes . Je suivrai , vos très bons conseils , pour enfin me sécuriser et ralentir cette méchante maladie. Vous êtes indispensable . Québécoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *