Soulager naturellement les démangeaisons de la varicelle

Chère lectrice, cher lecteur,

Vous la connaissez car il y a de grandes chances que quelqu’un de votre entourage ait déjà souffert des terrible démangeaisons qu’elle provoque.

Causée par un virus appartenant à la même famille que l’herpès, le virus varicelle-zona, la varicelle est une maladie virale particulièrement contagieuse.

Elle est particulièrement crainte en milieu scolaire dans la mesure ou elle touche préférentiellement les enfants chez qui elle provoque de véritables épidémies.

Pourtant, c’est chez l’adulte qu’elle est le plus dangereuse et peut provoquer de nombreuses complications.  

C’est pourquoi aujourd’hui j’ai décidé de vous parler des traitements naturels qui sauront soulager vos démangeaisons, calmer votre peau et traverser les divers symptômes de la maladie.

Tout commence par une légère fièvre

Lorsqu’elle se déclenche, la maladie se manifeste par l’éruption d’une fièvre aux alentours de 38° parfois accompagnée d’un encombrement nasal et d’une grande fatigue.

Apparaissent ensuite une multitude de petits boutons semblables à des cloques, des rougeurs cutanées et de fortes démangeaisons typiques de la varicelle.

La varicelle est extrêmement contagieuse pour les personnes qui ne l’ont jamais contractée et n’ont pas été vaccinées.

Et vous me connaissez, je ne suis pas un « grand fan » de vaccination et du cortège d’adjuvants toxiques qui l’accompagnent, c’est le moins que l’on puisse dire.

Ce vaccin n’est même pas recommandé en routine en France.

En l’absence de vaccination, le traitement classique consiste à soulager les symptômes notamment avec des antihistaminiques et des crèmes antiseptiques pour éviter les infections.

Si une surinfection se déclare (on parle alors d’impétigo), un traitement antibiotique peut être prescrit.

Mais attention ! Souvent sous-estimée, la varicelle peut être redoutable voire mortelle chez les immunodéprimés, les femmes enceintes et les nouveau-nés.

Elle est donc à prendre très au sérieux pour ce groupe de personnes particulièrement à risques qui peuvent se voir prescrire des antiviraux pour éviter toute aggravation.

Les complications les plus fréquentes sont les surinfections favorisées par le grattage des boutons, comme l’impétigo ou l’érysipèle.

Mais pour éviter tous ces malheurs, vous pouvez compter sur la médecine naturelle !

Les huiles essentielles qui fonctionnent vraiment

                                                      Enfant ˃30 mois           Enfant ˂ 30 mois

HECT menthe des champs                                                 6 ml

HECT Tanaisie annuelle               0,5 ml                           2 ml

HECT Camomille noble               2 ml                              0,5 ml

HECT Eucalyptus citronné           0,5 ml                           0,5 ml

HECT Epinette noire                    0,5 ml                           1 ml

HECT Lavande aspic                    0,5 ml                           5 ml

1 application locale point par point 3 fois par jour pendant 5 à 7 jours.

Ou

HECT Katrafray                      1ml

HECT Ravintsara                    1 ml

HECT Tea tree                        1 ml

HECT menthe poivrée             2 ml

HV Hélicryse italienne            5 ml

3 à 4 applications locales par jour pendant 1 semaine. Si le patient est un bébé de moins de 30 mois, la menthe poivrée est remplacée par la Matricaire 1 ml et par Lemongrass 1 ml.

Mon arsenal homéopathique

Rhus toxicodendron 7CH, Mezereum 7 CH, 5 granules de chaque trois fois par jour pendant 15 jours. Une dose de Sulfur iodatum 9 CH (sauf si suspicion d’otite) dès la première poussée pour accélérer la sortie des boutons et la guérison.

  • Rhus toxicodendron 7 CH, vésicules claires sur papules rouges, sensation de brûlure, prurit intense non amélioré par le grattage.
  • Mezereum 7 CH, vésicules avec liquide jaunâtre, se recouvrant de croûtes, avec prurit.
  • Antimonium tartaricum 7 CH, grosses pustules laissant des cicatrices, à donner pour éviter les cicatrices inesthétiques.
  • Graphites 7 CH, 5 granules trois fois par jour à donner après la maladie pour atténuer les cicatrices qui restent.

Je recommande de donner une dose de sulfur iodatum 9 CH dès la première poussée éruptive, bien talquer tout le corps pour atténuer les démangeaisons et couper court les ongles de l’enfant.

Donner rhus toxicodendron 7 CH, 5 granules matin et soir aux personnes qui auraient pu être en contact avec le malade en prévention.

En cas d’aggravation des symptômes, n’hésitez pas à consulter votre médecin.

Portez-vous bien !

Dr Jean-Pierre Willem

Sources

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *