La grand-messe sur le climat

Chers amis,

Quel espoir peut-on avoir en un sommet présenté comme celui de la dernière chance dans la lutte contre le réchauffement climatique, si les dirigeants des pays les plus pollueurs du monde ne daignent pas se déplacer ?

Six ans après l’accord historique de la COP21 à Paris, dont Emmanuel Macron se veut le gardien exigeant, la chronique des promesses non tenues, malgré les catastrophes naturelles en chaîne, laisse sceptique sur les chances de succès de cette COP26.

Mais il serait trop facile de rejeter la faute sur Pékin, Moscou, sur les pays émergents aux priorités plus économiques qu’écologiques, ou encore sur les pays en développement, aux réfugiés climatiques toujours plus nombreux, qui attendent les milliards de dollars d’aides promis.

La maison qui brûle

Jadis, un président français, Jacques Chirac, alertait sur déjà sur le climat, tandis qu’on regardait ailleurs.

Aujourd’hui, son lointain successeur à l’Élysée entend être moteur dans cette COP26 pour, enfin, passer des paroles aux actes.

Chaque citoyen de la planète devrait se sentir concerné.

Toutefois, je suis désespéré, pour ne pas dire plus, qu’aujourd’hui les nombreux mouvements politiques de l’écologie semblent ignorer les médecines naturelles.

Depuis presque deux ans, nous souffrons physiquement et moralement de l’impact de virus Covid-19 et aucune allusion de leur part à ces thérapies naturelles, en particulier les huiles essentielles dont des travaux et les expérimentations ont prouvé leur efficacité.

N’auraient-ils pas rejoint Big Pharma ?

L’avenir de notre Planète est menacé !

Face aux périls compromettant notre survie, l’éveil des consciences est impératif pour nous aider à devenir responsables et solidaires.

Spécialiste de médecines naturelles, je me devais de rejoindre le monde de l’écologie.

Depuis plusieurs années les mouvements écologiques ont longtemps ignoré la présence de l’homme sur l’écosystème, mais aussi les effets positifs ou délétères que ceux-ci (et l’environnement global) exercent sur lui.

C’est ainsi que j’ai accepté de donner mon témoignage dans le cadre d’un livre regroupant les acteurs de l’écologie.

Cet ouvrage donne la parole à trente-cinq spécialistes, acteurs et experts, pour créer une synergie des connaissances actuelles, informer des réalités cachées des « progrès technologiques », dénoncer leurs dangers sur l’Humanité et trouver des solutions salutaires à sa survie.

Ces 35 témoignages passionnants et courageux dénoncent la désinformation médicale, les dangers des pesticides, des produits phytosanitaires, des OGM, des téléphones portables, des antennes-relais, des déchets radioactifs, des perturbateurs endocriniens…

  • Ils remettent en cause notre civilisation occidentale, axée sur l’argent et le gaspillage, et prônent la nécessaire insurrection des consciences et la décroissance soutenable.
  • Ils proposent des solutions qui passent par une alimentation saine, les médecines naturelles, l’éducation non basée sur la compétition, les énergies non fossiles alternatives au pétrole, et l’indispensable autonomie de chaque individu.
  • Certains mettent en exergue des modes de production et de consommation qui court-circuitent la grande distribution.

Puissent ces propositions apporter le terreau propice à la restauration de l’équilibre de la Planète exsangue et permettre de léguer aux générations futures un monde vivable préservé !

L’ouvrage que réalise Marie-Florence Beaulieu a le mérite de nous mettre en relation directe avec les acteurs de l’écologie.

Chacune des personnes interrogées apporte les réponses aux questions qui sont de son ressort, et c’est finalement un panel très vaste et très riche d’opinions et d’informations qui sont, ainsi, collectées et communiquées au lecteur.

Voici la première partie de mon intervention dans le livre collectif Ensemble sauvons notre planète, paru aux editions Guy Trédaniel.

Q. Vous avez commencé votre carrière comme assistant du Docteur Albert Schweitzer, « Médecin aux Pieds Nus ». À ce titre, vous avez parcouru le monde pendant 60 ans. La médecine et la chirurgie en Afrique n’ont rien de semblable avec les méthodes de soins occidentales. Pouvez-vous nous retracer votre parcours hors au commun ?

Mon aventure a commencé il y a soixante ans dans les Ardennes, un pays où l’on sait, instinctivement, ce qu’est la solidarité et le respect de la nature.

Dès mon plus jeune âge, je me sentais attiré par la médecine.

A 12 ans, j’ai eu l’opportunité de remplacer l’aide opératoire du chirurgien de ma ville ; celui-ci m’a maintenu dès lors que j’étais bénévole.

Je me rendais au bloc opératoire tous les week-end et lors des vacances.

Ces vacations se sont prolongées une dizaine d’années.

Après avoir participé à des milliers d’opérations, je commençais à connaitre les repères anatomiques, que je consignais le soir sur une feuille de papier.

Ces connaissances me profiteront lors de mes études.

À 18 ans, je m’inscris en faculté de médecine à Lille.

En 1960, étudiant en 3ème année de médecine, lors de la guerre d’Algérie, j’écris au ministre de la Guerre, pour lui signaler que les étudiants en médecine voulaient rejoindre l’Algérie pour aider les populations locales.

L’armée a encadré la mobilisation de quatre-vingt-treize étudiants.

Durant trois mois, nous avons donné des soins dans des dispen­saires.

Ce sera ma première grande mission humanitaire.

En 1965, en fin d’études, j’obtiens une bourse pour rejoindre l’hôpital de Libreville au Gabon, comme médecin-résident.

Il n’était pas question de me rendre à Lambaréné où exerçait le Dr Albert Schweitzer, sans le rencontrer.

Celui-ci me fascinait depuis l’enfance, les images du film « Il est minuit Dr Schweitzer » avaient imprégné à jamais mon cerveau.

Devant ma détermination, il m’a proposé de rester à ses côtés.

J’ai appris, en six mois au cœur de la forêt gabonaise, autant qu’en sept ans de faculté.

Le « grand docteur » m’a enseigné l’écologie, le respect de la vie, l’ethnomédecine ou encore les droits de l’homme.

C’est ainsi que j’ai réalisé qu’il fallait comprendre l’autre de l’intérieur, respecter son mode de vie, sa religion, ses inclinaisons artistiques, ses coutumes, pour pouvoir mieux le soigner, sur un ton plus juste.

Dès lors, j’ai su que mon destin de médecin s’éloignerait de celui de mes copains de la Faculté de Lille.

Pendant quarante ans, j’ai sillonné la planète en prenant part à des dizaines de missions humanitaires.

J’ai pris conscience des failles des grandes organisations « humanitaires » calquées sur le modèle culturel occidental.

C’est ainsi que j’ai constaté que l’aide extérieure n’entraînait pas forcément le développement.

Notre médecine occidentale de pointe ne concerne que 10 % de la population mondiale, tandis que des millions d’enfants continuent de mourir des effets conjugués de malnutrition chronique et d’infections à répétition, et qu’un milliard d’hommes ne disposent pas d’eau potable.

De mission en mission, je me suis intéressé de plus près aux pharma­copées locales à base de plantes et à une certaine médecine « globale » dont sont détenteurs les sorciers, les matrones, les guérisseurs, ceux que l’on nomme aujourd’hui les « tradipraticiens ».

En 1986, de retour en France, je crée à la Sorbonne – référence mondiale de la culture – la Faculté Libre de Médecines Naturelles, une plate-forme culturelle où étudiants et médecins apprennent à harmoniser la médecine officielle aux médecines dites « alternatives » ou « naturelles ».

C’est dans cette approche que je fonde en 1987, l’Association « Médecins Aux Pieds Nus » (MAPN), une ONG dont l’originalité consiste à appliquer dans le Tiers-Monde les médecines traditionnelles et populaires bien adaptées au contexte socio-culturel.

Ces méthodes sont bien acceptées par les autochtones dès lors qu’elles font partie de leur patrimoine culturel.

Cette prise en compte de l’environnement socioculturel des diverses populations s’appelle l’ethnomédecine : une science pluridisciplinaire qui prend en compte le mode de vie, les rites, les traditions, les arts, la nourriture, la pharmacopée, bref, tout ce qui représente le vécu au quotidien des communautés.

Cette approche holistique contribue indirectement à réduire la domination ravageuse de la médecine occiden­tale dans ces mêmes pays.

Les médecines traditionnelles et populaires représentent, en effet, la part manquante de notre médecine scientifique.

Ainsi, en développant la pharmacopée locale, on arrive à contourner les difficultés d’approvisionnement en médicaments :

  • l’alambic remplace avantageusement la pharmacie vide en distillant les huiles essentielles à partir des plantes médicinales,
  • l’essence de chénopode tue les vers,
  • la mélisse régularise le transit digestif,
  • l’essence d’eucalyptus assèche les pathologies ORL,
  • la mauve éteint les inflammations,
  • le romarin restaure les hépatocytes…

C’est ainsi que la population locale accepte, sans réserve, ce système de santé qu’elle considère comme faisant partie intégrante de sa culture traditionnelle.

Q. Chirurgien de guerre au départ de votre aventure, il est étonnant de voir un médecin pratiquant une médecine hyper technique se tourner vers les médecines naturelles. Du reste, vous figurez dans le livre des records pour avoir participé à 16 guerres comme chirurgien. Aujourd’hui, vous formez de nombreux thérapeutes dans la Faculté Libre de Médecines Naturelles et d’Ethnomédecine (FLMNE) que vous avez fondée. Quelles sont les grandes lignes de l’enseignement que vous y transmettez ?

La FLMNE enseigne les médecines naturelles, énergétiques et les sciences humaines regroupées sous le terme d’ethnomédecine, auxquelles s’ajoutent : l’homéopathie, l’acupuncture, l’ostéopathie, la sophrologie, la phyto-aromathérapie…

Les médecines « autres », dites aussi « naturelles, alternatives, différentes », connaissent un succès croissant depuis plusieurs décennies ; avec une constellation de thérapies où scintille une profusion de nouvelles pratiques de santé.

Issue de sociétés nouvellement industrialisées, pour qui le bien est identifié à « l’avoir » plus qu’à « l’être », la médecine occidentale d’aujourd’hui a tendance à considérer la santé comme un capital, la maladie comme une perte ou un préjudice.

La médecine dominante (ou allopathique) prodigieusement portée par les progrès des autres sciences, et contribuant elle-même à l’exploration des dimensions mécaniques, chimiques, physiques et biologiques de l’être humain, a permis de faire progresser nos connaissances sur le fonctionnement et les dysfonc­tionnements de la machine humaine.

Mais galvanisée par ses succès, emportée par son élan, cette médecine hyper technique s’interroge sur la suite à donner à tant de découvertes : va-t-elle s’engager sur la voie des manipulations génétiques ?

Vers la reproduction industrielle contrôlée de l’espèce ?

Vers les technologies de substitution des divers organes vitaux, ?

Vers une meilleure maîtrise chimique de l’humeur ?

En définitive, la médecine occidentale moderne, dont la composante technique est très importante, doit une partie déterminante de son efficacité au champ d’action limité qu’elle s’est donné.

En revanche, la complexité de son langage et la lourdeur de ses armes l’ont rendue progressivement inapte à la prise en charge d’une grande variété de situations pathologiques qui représentent aujourd’hui l’immense majorité des motifs de demande d’aide médicale et de soins.

L’étonnant engouement du public français pour les médecines alternatives ou naturelles doit être, au moins en partie, compris comme la conséquence de l’inaptitude de la médecine occidentale à couvrir de manière satisfaisante, certains besoins en rapport avec la souffrance, la maladie, l’infirmité et la mort.

Il faut savoir que 40 à 45% des Français se tournent vers les médecines alternatives.

Ils ont fait un bon choix : dans un monde où l’on assiste à des épidémies, les huiles essentielles représentent des molécules miraculeuses face aux multiples virus qui envahissent la planète ; malheureusement on nous impose une litanie de vaccins qui altèrent notre terrain.

En France, on dénombre 120.000 morts en 18 mois dues au virus.

Combien y en aurait-il eu sans notre thérapie naturelle ?

Q. Comment voyez-vous l’avenir ?

Objectivement, l’égoïsme suicidaire des nations les plus puissantes l’emporte sur les rares politiques éclairées au service d’un développe­ment plus solidaire, plus équitable, plus soucieux de l’héritage à léguer aux générations futures.

Cependant, le choix est encore possible entre deux types d’orientations planétaires.

  • D’une part, l’ « exclusion » du système marchand dominant, qui considère la planète comme une chasse gardée pour quelques firmes transnationales et qui, selon le dogme de la croissance, mène en réalité à la faillite par la dilapidation des ressources, par une mise en péril de la biodiversité et des écosystèmes et par des méfaits sociaux en termes d’inégalité et de précarité, sources de conflits.
  • D’autre part, la «solidarité » pour laquelle la planète est un village où l’on reconnaît, à l’autre, le droit d’exister sans être exploité. Cette solidarité repose sur
    • la tolérance, l’équité, et non l’exclusion et la domination ;
    • la complémentarité et non la monopolisation ;
    • la sobriété, l’économie des ressources et non leur destruction par une exploitation à outrance au mépris des générations futures.

L’opinion publique est déterminante pour que ces décisions politiques évoluent de la sorte ; encore faut-il qu’elle soit informée des enjeux.

Or, la tendance médiatique prédominante est de préférer l’ « événement » à la pédagogie, de dénoncer les catastrophes plutôt que d’alerter objectivement pour les éviter.

Les choix avisés, cohérents, responsables, deviennent alors un vrai pouvoir de décision contribuant à ce que le politique soit vraiment au service du bien commun et à combler le déficit démocratique qui laisse le champ libre à la course aux profits : c’est cela aussi la démocratie participative.

Il est grand temps, en effet, que chacun se persuade que la préser­vation des ressources alimentaires de qualité, qui nous préoccupe ici, dépend aussi – et surtout – de son comportement au quotidien.

À l’heure de la grand-messe consacrée au développement durable, les plus éclairées des conventions internationales, confrontées à l’influence des lobbies et aux égoïsmes nationaux, demeureront lettres mortes si les citoyens ne se mobilisent pas pour les relayer en se persuadant que les vraies solutions, pour être efficaces, doivent passer par chacun d’entre nous.

… À suivre

Portez-vous bien !

Dr Jean-Pierre Willem

Sources

13 comments on “La grand-messe sur le climat

  1. Bonjour docteur Willem,
    Je suis un connaisseur des HE. Concernant le réchauffement climatique je ne vois aucun président suffisamment courageux ayant le désir de prendre des mesures énergiques face à ce problème. En effet sachant que la majorité de la population se préoccupe de l’immédiat et non du futur proche. La solution consisterai à réduire les activités humaines (mines, puits de forage, nombre de véhicules automobiles, refus de la consommation exacerbée), retour à une agriculture sans pesticides, en somme une perte de pouvoir des lobbies qui au travers de leurs puissance financière ont gain de cause dans la communauté européenne et ailleurs. Les migrations de population dues aux guerres et au réchauffement climatique s’amplifieront, la plupart des pays européens sont hostiles à les accueillir, ce qui favorisera les parties d’extrême droite, nationaliste. Je crains fort que les humains réagiront trop tard, la terre sera devenue un enfer. A noter je ne crois à aucune religion, ni dieu (construction humaine).

  2. Un grand Merci docteur Willem pour vos messages, que je lis avec attention et plaisir, sauf ceux qui nous renvoie vers Combaz ou autres, qui eux ne sont destinés qu’à faire de l’argent !!!
    Bravo pour votre parcours, pour votre lucidité et votre grande humanité.
    Merci aussi pour tous ces conseils que vous nous livrez avec tant de générosité.

  3. Je suis tout a fait d accord avc votre commentaire mais je voudrais ajouter ceci
    Depuis quelques mois le POLE MAGNETIQUE DE LA TERRE BOUGE ET N EST PLUS FACE AU POLE NORD, mais vers la Russie, ce qui signifie qu il va continuer sa course, tres lentement et dans un temps lointain il y aura un INVERSEMENT DES POLES;
    Ce phenomene pour moi a une incidence sur ce que tout le monde appelle le rechauffement climatique.
    que pensez vous de ma reflexion ??
    Cordialement. Juiette.

  4. Bonjour Dr Willem,
    Je vous lis avec un grand intérêt, les contenu de vos écrits apaisent, donnent une belle lueur d’espoir pour l’avenir.
    Vous êtes un grand homme, vous avez une belle âme.
    Un grand merci à vous! 🙂

  5. Bonjour

    J’aimerais savoir si vous connaissez une maladie qui ne se soigne pas et qui touche tout le corps entier DONC BEAUCOUP DE ( MALADIES ) 30 modèles de médicaments ?

    c’est le PARVOVIRUS B19 A (CAUSE D ERREURS CHRURGICALES ;donc ALD depuis 30 ans. )
    Sinon une association du PARVOVIRUS B19 QUE JE n’ai pas trouvé .???
    Merci beaucoup ;peut être que vous ne connaissez pas car très peu parmi les docteurs que j’ai vu . Bonne fin journée ;C.G

  6. Merci pour cet exposé dont je partage le contenu….. comment faire pour que ça change??? Nous sommes des grains de sable …. Regardez ce qui se passe avec le « vaccin » …. Depuis deux ans son efficacité se réduit …. C’est un médicament pas un vaccin et il ne guérit pas….mais on nous l’a « vendu » pour continuer à vivre dans ce monde de fou que vous décrivez qui ne respect rien…. Et bientôt les non vaccinés devront payer leurs soins médicaux….. ils n’avaient qu’à se soumettre!!!!! Je suis une vieille dame de 72 ans qui a toujours fait confiance à mon médecin homéopathe hélas décédé et qui a toujours réglé ses soins et médicaments non remboursés ….c’est mon choix de médecine….et ce choix m’est venu après avoir été victime du sang contaminé à la naissance de ma fille par cesarienne il y a 42ans (responsable mais pas coupable….. mais l’hepatite B je l’ai bien eue!!!!). mais m’étant cassé le poignet en juillet à l’hôpital l’urgentiste m’a conspuée en me disant «  qu’attendez vous à votre âge pour vous faire vacciner » après m’avoir fait attendre cinq heures dans une chaise sans aucune prise en charge….. oui ils étaient occupés …. Mais voila….. alors pour moi la médecine c’est la vôtre bien sûr …. Et je me supplemente en zinc vitamines c et d et magnésium et prends sérum de Yersin et influenzinum depuis plus de 3o ans tous les hivers….. mais je suis à part et tremble un peu face à cette épidémie qui s’étend toujours de vagues en vagues….quoiqu’il arrive j’apprécie tout et suis solidaire avec le monde que vous préconisez et vous remercie pour ça!

  7. J’ai utilisé pr 1 verrue apparue au visage avec pt noir, l’huile essentielle citron et eucalyptus, matin et soir. Elle s’amincissait/je la tripotais/et rapetissait, mais saignait/Au bout de 3 semaines, plus de trace qu’1 petite rougeur. C’était dégueulasse (brun, noir et rouge)/ +de trace de rien. J’achète ses huiles pr l’humidificateur/avoir une bonne odeur ds la maison. Vu que je reste ds 1 maison app (108 logements), l’odeur de la cigarette entre par la hotte de cuisine et j’étouffe. J’utilise un filtre au charbon, mais il n’est pas tout à fait grandeur adéquate. J’emploie la gelée royale ts les matins/c’est ce qui me donne de l’énergie. J’ai 69 ans.

  8. Bonjour
    J’ai cliquez pour accéder à la vidéo que vous recommandiez de M Combris Argumentaire trop long ,forme camelot et verbeux Ne fait pas sérieux voulant être trop démonstratif et un ton  » dramatisant  » C’est votre crédit ( Dr Willem ) qui m’a conduit à essayer mais avec une réelle réticence et impression dubitative en conséquence du caractère de l’argumentation
    Cordialement Jean-Noël RAOUL

  9. j’ai lassé mes coordonnées pour recevoir le livre gratuit et l’abonnement joint.
    Seulement on prétend que ma carte bancaire n’est pas valable. Les numéros sont valables depuis des années, mais comme vous devriez le savoir tous les trois ans, la date de validité et le numéro à trois chiffres changent. C’est ce qui est. arrivé, le 30 septembre 2021, et j’ai fait figurer ces nouvelles données qui seront renouvelées le 30 septembre 2024. J’espère que vous voudrez bien vous rendre compte de cet effet et tenir compte de ma demande effectuée ce matin avant 7 heures. Salutations
    .

  10. Bonjour Docteur, merci pour toutes vos lettres,vous êtes ma référence, native d’alsace
    et fille de paysans, nous avons toujours cueilli des plantes pour nous soigner et comme docteur un homéopathe, j’avais à 18 ans fait un brevet de secouriste pour
    aller rejoindre LAMBARENE et le Dt SCHWEITZER mais ma famille ne me l’a pas permis
    sans leur signature à l époque je ne pouvais pas y aller. C’était mon grand regret
    mais j’ai fait ma vie et ma famille dans cette optique naturelle, je n’ai dans ma boite
    à pharmacie que des huiles essentielles et des tisanes,je ne suis pas vaccinée et ne
    le ferai pas, je suis à la lette les reccomandations du Dt MENAT ,j’ai 77 ans toujours en activité merci pour tout votre parcours et bravo. monique

  11. Cher Docteur Willem,

    Encore une fois, vous m’avez convaincu par votre dernier courrier sur les évènements actuels et sur l’attitude des partis écologistes occidentaux. Soit ils ignorent la médecine naturelle, soit ils se taisent pour rester au pouvoir en coalition avec les autres. Ils ont pris goût au pouvoir et restent ambigus. J’espère néanmoins que le nouveau gouvernement allemand va pouvoir vraiment faire des pas en avant vers ce que d’aucuns espèrent : des mesures concrètes pour l’amélioration de l’environnement et du climat grâce à sa relative indépendance récemment acquise grâce à la réunification et aussi grâce au dynamisme des allemands eux-mêmes.
    Notez bien que la médecine naturelle est respectée en Allemagne et à conservé une place honorable dans la société.
    Il suffit de se rendre à Aix-la-Chapelle non loin de la cathédrale pour découvrir un batiment de 8 étages consacré à la  » heilpraktik  » où presque toutes les disciplines naturelles à la mode s’y retrouvent : phytothérapie, acupuncture, homéopathie etc. C’est aussi le pays de l’abbé Kneipp et du docteur Ernst.

    J’ai été très heureux de découvrir ici à Namur votre livre : tout connaître sur les virus et y faire face, cela nous à aidé à mieux comprendre la situation et la vérité, et ainsi nous prévenir de ce qu’il faut éviter de faire.

    Je vous souhaite bonne continuation dans votre oeuvre salutaire et aussi – bonne santé.

  12. Bonjour Docteur
    Merci pou votre lettre.
    Je le sens vraiment concerné par la dégradation de notre société et votre lettre est un rappel de nos responsabilités.
    Mais je crois que nous échapperont pas à des catastrophes. L’homme a besoin d’épreuves pour comprendre et changer d’orientation et prendre conscience des enjeux planétaires
    Un grand merci.
    Comme le dit Alex Michel Amour et raisonnance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *