Poumon

Fibrose pulmonaire (des séquelles fréquentes)

Chère lectrice, cher lecteur,

Peut-on parler du coronavirus au passé ? Malheureusement il y a en a encore pour plusieurs mois ou années. Certes le virus circule moins, parallèlement on assiste à moins de réanimations, dont on a parfois abusé.

Les soignants ont été sur le pont pendant 3 mois. Toutefois la crise n’est pas derrière nous. Tout peut repartir dès lors qu’on n’observe pas d’immunité collective (5%).

C’est ainsi que dans certains pays qui contrôlaient l’évolution, on a observé de nouveaux départs.

Bien que les véritables conséquences du Covid-19, sur le long terme laissent encore le monde perplexe, on peut profiter de la pause offerte par la sortie du confinement pour traiter les différentes plaies occasionnées par cette « guerre pathologique ».

Il reste à réparer les dégâts occasionnés par ce satané virus. Les réanimateurs se sont sentis désemparés par la fibrose pulmonaire, parmi les nombreuses autres séquelles.

Cette atteinte pulmonaire revêt une importance dramatique dès lors que la médecine officielle ne dispose d’aucune thérapie efficace.

La réanimation à l’heure de l’intelligence artificielle

Bronches, bronchioles… c’est à l’extrémité des « branches » de l’arbre pulmonaire que le virus commence à étouffer son hôte, empêchant les parois alvéolaires d’absorber l’oxygène pour le faire passer dans le sang.

Ce cheminement a été matérialisé…en couleur.

L’exploit repose sur des images à très haute résolution, à savoir la puissance de calcul de plus en plus élevée des ordinateurs et les progrès de l’intelligence artificielle.

Le Dr Gombergh avec un logiciel de haute définition nous a offert des images aussi précises que spectaculaires.

Comment le Covid-19 est-il venu se nicher là, aux extrémités des poumons du patient ?

Quand on inspire, l’air descend dans la trachée, pénètre dans les bronches, puis file dans les bronchioles, plus étroites, jusqu’aux alvéoles pulmonaires qui délivrent l’oxygène aux vais­seaux sanguins.

Le virus emprunte le même chemin que l’air que nous respirons, il glisse lui aussi dans les bronches et les bronchioles puis entre dans les alvéoles.

Il a une prédilection pour l’épithélium pulmo­naire, qui tapisse le système respiratoire.

Par ailleurs, ce Covid-19 armé de pro­téines nommées spicules qui forment une sorte de couronne à sa surface (d’où le nom coronavirus), se comportent comme des clés particulièrement bien adaptées aux serrures des alvéoles.

Quand il entre dans une cellule, le virus fait des centaines de copies.

L’activité habituelle de la cellule est détournée et finit par mourir.

Les alvéoles infectées se remplissent alors d’un fluide, un mucus gluant qui emplit l’espace et empêche l’air d’entrer.

Les échanges gazeux sont diminués ou impossibles ; le malade peine à respirer, il souffre, a de la fièvre.

Au scanner, on observe des nébulosités qui ont l’aspect du verre dépoli.

Le malade peine à inhaler dès lors qu’il n’y a plus d’espace pour que l’air entre dans ses poumons.

Parallèlement, dans ce petit amas bleuté coloré se joue la réponse immunitaire du malade. Cette réponse présente deux aspects principaux : l’un corres­pond à la production d’anticorps qui vont venir bloquer les virus circulants, l’autre concerne les cellules de l’immunité qui vont neutraliser les cellules infectées et parfois aussi des cellules saines aux alentours.

Dans certains cas, on peut alors évoquer une “réponse immunitaire trop forte” qui correspond à l’orage cytokinique.

A l’idée d’être intubé, étape qui signifie la gravité de la situation, chaque personne éprouve une angoisse incommensurable, elle attend la mort. Cet état émotionnel est très périlleux avant d’entrer en réanimation.

La peur est normale devant quelque chose d’invisible, d’autant que les patients ne voient rien quand ils font le test.

On leur dit juste qu’ils sont positifs. Mais à quel point ils sont malades, cela, ils ne le savent pas.

De même ils ignorent que l’atteinte pulmonaire débouche sur la fibrose pulmonaire.

La fibrose désigne la transformation de certains tissus en un tissu composé de fibres, proche du tissu conjonctif.

Elle intervient souvent à la suite d’une lésion tissulaire ou d’une inflammation d’un tissu où ceux-ci ne se régénèrent pas correctement : les tissus initialement sains sont alors remplacés par un tissu fibreux.

Lors d’une lésion tissulaire, l’évolution normale se fait vers la cicatrisation, c’est-à-dire le remplacement des cellules mortes par des cellules identiques dont les fonctions sont conservées.

En cas de déséquilibre du sys­tème entrant dans ce phénomène de réparation, il y a une production exces­sive de collagène ce qui conduit vers la fibrose.

C’est à peu près le même schéma en cas d’inflammation chronique.

La fibrose peut toucher de nom­breux organes tels que le pancréas, le rein, le foie, le poumon, les cicatrices chéloïdes, la fibrose rétropéritonéale, la moelle osseuse (splénomégalie myé­loïde), la fibrose médiastinale après radiothérapie.

Fibrose pulmonaire : comment survient-elle ?

Elle survient suite à une agression sévère des poumons.

En réponse à cette agression, de l’inflammation chronique apparaît dans ceux-ci. L’inflammation est un mécanisme de défense utilisé par l’organisme pour se protéger contre un agresseur.

C’est une réaction typiquement inflammatoire qui empêche les bactéries d’entrer dans le sang par l’enflure et qui fait appel à différentes cellules pour aider à la réparation…

Normalement, l’inflammation disparaît une fois la bles­sure guérie, mais dans le cas de la fibrose pulmonaire elle est permanente, avec une inflammation chronique qui a pour conséquence de créer du tissu cicatriciel dans les poumons.

Les poumons perdent leur élasticité, deviennent rigides et la paroi des alvéoles (petits sacs qui permettent à l’oxygène d’entrer dans le sang et le CO2 de sortir) est épaissie.

L’épaississement du contour des sacs alvéolaires empêche le passage de l’oxygène dans le sang et le CO2 d’être expiré.

Ce mécanisme de cicatrisation et de la fibrose peut affecter les alvéoles, les petites bronches et les vais­seaux sanguins pulmonaires.

Clinique

Une dyspnée (essoufflement) progressive à l’effort peut suggérer une fibrose pulmonaire. Les autres symptômes sont principalement :

  • Coloration bleue des lèvres et des ongles (cyanose) ;
  • Toux sèche chronique ;
  • Fatigue et faiblesse (asthénie) ;
  • Gêne dans la poitrine ;
  • Perte d’appétit (anorexie) et perte de poids (amaigrissement).
  • Déformation des doigts avec des ongles bombés (hippocratisme digital).

Dans quelques cas, à l’inspiration, des râles crépitants fins sont audibles à la base des poumons lors de l’auscultation.

Quels examens pour quels résultats ?

La radiographie pulmonaire montre des anomalies prédominant surtout dans la partie inférieure des poumons. L’analyse des gaz du sang objective un manque d’oxygène (hypoxie) dans le sang.

L’état des poumons est évalué par les épreuves fonctionnelles respiratoires (mesure des volumes pulmonaires en soufflant dans un spiromètre).

Seul le prélèvement d’un petit morceau de tissu pulmonaire pour un examen au microscope (biopsie) permet d’affirmer le diagnostic.

Lors d’une spirométrie, dans la fibrose, cette maladie pulmonaire restrictive, tant le VEMS (Volume Expiratoire Maximal Seconde) que la CVF (Capacité Vitale Forcée) sont réduits de sorte que le rapport VEMS/CVF est normal, voire augmenté, contrairement aux maladies pulmonaires obstructives pour lesquelles ce ratio est réduit, ce que l’on observe dans la BPCO (Broncho-Pneumo­pathie Chronique Obstructive).

Évolutions et complications

Dans la forme idiopathique, l’évolution se fait progressivement vers une insuffisance respiratoire chronique retentissant sur le cœur (insuffisance car­diaque droite).

Les principales complications sont les infections et la survenue d’un pneumothorax (passage d’air dans la cavité pleurale).

L’hypoxie causée par la fibrose pulmonaire peut conduire à une hyperten­sion artérielle pulmonaire qui, à son tour, peut évoluer vers à une insuffisance ventriculaire droite.

L’oxygénothérapie permet d’atténuer cette évolution.

La fibrose pulmonaire peut également entraîner un risque accru d’embolie pulmonaire, qui peut être prévenue par la prise d’anticoagulants.

Le traitement officiel

La fibrose pulmonaire crée du tissu cicatriciel.

Une fois développée, cette cicatrisation est permanente. Les mesures de prévention ou de ralentissement de la progression dépendent de la cause sous-jacente.

Dans la forme idiopathique, les médicaments utilisés sont les dérivés de la cortisone.

Le patient nécessite souvent l’administration d’oxygène en continu à domicile et des antibiotiques seront prescrits au premier signe d’infection.

Dans certains cas, une transplantation pulmonaire peut être envisagée.

Ainsi, il semblerait que le système immunitaire joue un rôle central dans le déve­loppement de nombreuses formes de fibrose pulmonaire.

Le but du traite­ment avec des agents immunosuppresseurs ou des corticoïdes est de diminuer l’inflammation pulmonaire et, par conséquent, la formation de tissu cicatriciel.

Les réponses au traitement sont variables.

Les patients dont l’état s’améliore avec le traitement immunosuppresseur ne souffrent probablement pas de fibrose pulmonaire idiopathique, cette dernière n’ayant pas de traite­ment significatif ou de guérison possible.

Malheureusement les agents immunosuppresseurs chimiques sont peu actif mais iatrogènes.

En médecine naturelle nous disposons d’un immunomodulateur sous forme de complément alimentaire : Immuno Régul (Labo Phyt’Inov).

On recourt à ce produit naturel dans toutes les maladies auto-immunes.

L’oxygénothérapie

On peut en disposer à domicile, sous deux formes :

Le bol d’air de Jacquier

Elle permet l’augmentation des oxygénations tissulaires par transformation catalytique partielle dans l’organisme de l’oxygène moléculaire de l’air respiré en oxygène monoatomique.

Il s’agit ainsi de privilégier une oxygénation préventive ou curative offrant des ions oxygène libres, très assimilables, pouvant rétablir les échanges vitaux et participer activement à l’équilibre homéostatique.

Le métabolisme général étant optimisé, aucune fonction ne peut échapper aux bienfaits de la méthode.

Il est possible de faire 2 à 4 minutes de Bol d’Air toutes les heures, soit 6 à 10 fois par jour.

Il n’y a pas d’effets iatrogènes ni d’accoutumance.

Le seuil de toxicité se situe au-delà de deux heures par jour.

Certaines personnes réagissent très rapidement, avec des séances très courtes

Il est conseillé de ne pas interrompre la cure et au contraire de poursuivre par courtes séances (même d’une seule minute).

Les personnes qui peuvent faire du Bol d’Air quotidiennement auront plus de résultats. Quels que soient l’âge, le mode de vie, le traitement en cours, le Bol d’Air agit favorablement sur la vitalité.

On note une optimisation des résultats en associant des compléments nutritionnels oligométalliques (manganèse, cobalt, fer) qui sont des décomposeurs de peroxydes, du chlorure de magnésium et des vitamines A, C et E.

L’appareil est portable, d’esthétique agréable et d’une utili­sation très simple.

Les différents appareils peuvent être commandés au laboratoire Holiste 29, bd Henri IV 75004 Paris.

Tel. 01 42 78 42 09) en achat ou location.

L’eau Kaqun

Elle recèle 5 fois plus d’oxygène que toute autre eau. Commandez 18 bouteilles au prix de 72€.

 Tel : 01 45 18 50 80 (livré à domicile).

Médecine naturelle pour enrayer toute fibrose

On obtient des résultats avec la Sélongénine qui inhibe les fibroblastes.

A la quelle on ajoute Proselem (antiradicalaire) et Trianox (silicium biologique), y compris chez les malades déjà sous oxygène.

S’il y a une hypogammaglobulinémie, une cure de Daphoside pourra être bénéfique.

La Sélongénine est un extrait obtenu à partir des racines de Securidaca longipedunculata de la savane africaine.

Elle est efficace dans la composante auto-immune, l’hypersensibilité retardée, l’hyperproduction d’immunoglobuline E (IgE), les fibroses et les affections prolifératives malignes assez différenciées.

Prendre 3 comprimés par jour de Sélongénine, au cours des repas. Prolonger le traitement aussi longtemps qu’utile.

Labo CRP, www.crp-phyto.com, tél. 05 34 66 41 64 ou Association Solidarité, tél. 05 34 25 94 60.

Certains chercheurs sont convaincus que la fibrose pulmonaire est une maladie auto-immune, ce qui signifie que le système de défense immunitaire, au lieu de détruire les éléments étrangers (bactéries, virus), se retournerait contre l’organisme lui- même et l’attaquerait, créant des lésions pulmonaires.

Dans toutes les maladies auto-immunes prendre :

Immuno Régul : 2 gélules, 20 minutes avant les 3 repas, pendant un mois, puis 2 à 3 gélules par jour, pendant de longs mois (Labo Phyt’Inov). Tel. 0041 32 466 8914.

Gemmothérapie

Matin : 50 gouttes (+ eau) (Cassis) Ribes nigrum Bg. Mac. Gly. 1 D, un flacon de 120 ml

Midi : 50 gouttes (Noisetier) Corylus avellana Bg. Mac. Gly. 1 D, un flacon de 120 ml

Soir : 50 gouttes (Eglantier) Rosa canina Bg. Mac. Gly. 1 D, un flacon de 120 ml.

Cure de 3 semaines. A renouveler

Pour les autres fibroses…

D’autres organes peuvent être atteints par la fibrose : le foie, le poumon, les cicatrices chéloïdes.

Je rappelle que la médecine officielle ne dispose pas de traitement pour cette pathologie.

Pour disposer d’informations plus complètes sur la fibrose voir mon livre :  «102 maladies du 21ème siècle ». Ed. Testez

Portez-vous bien !

Jean-Pierre Willem

Sources

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *