Demandez le Fromage ET le dessert !

Chers amis,

« Réussir son vieillissement » est une notion complexe.

La signification en est différente pour chacun d’entre nous à un moment donné de sa vie.

Seul le sujet vieillissant peut être juge et maître de sa destinée.

Il n’y a pas d’opposition entre « plus et mieux vieillir ».

En effet, l’augmentation totale de l’espérance de vie s’est doublée d’une augmentation relativement plus importante de l’espé­rance de vie sans incapacité.

Il n’y a donc pas à choisir entre qualité et quantité, mais opter pour qualité et quantité (fromage et dessert).

Il est donc devenu important de dépasser la maxime selon laquelle : « Il faut donner de la vie aux années et non pas des années à la vie » trop souvent énoncée de façon perverse pour exclure les personnes âgées du système de soins sur le seul critère de l’âge.

Réussir son vieillissement repose sur trois conditions : le pouvoir, le savoir, le vouloir.

Le pouvoir doit bénéficier de la liberté de recherche, liberté de recourir aux médecines alternatives.

La société doit s’impliquer dans la prévention des maladies relevant du domaine de la santé publique.

À l’échelon individuel, nous devons, au-delà de nos droits, considérer notre « mieux-vieillir » comme un devoir vis-à-vis de nous-mêmes et de la collectivité.

Une attitude responsable, rarement rencontrée, semble-t- il, parmi les jeunes.

Les recherches doivent se poursuivent afin de faire reculer la prévalence de certaines maladies touchant la personne âgée, et plus particulièrement les pathologies neurodégénératives et cardiovasculaires.

Le savoir dépend de l’éducation préventive et ce, d’autant plus qu’elle est précoce et touche les jeunes générations.

« Grandir, c’est vieillir, et vieillir c’est grandir », était, par exemple, le slogan d’une campagne destinée à sensibiliser conjointement enfants et personnes âgées aux problèmes du vieillissement.

L’information doit donc pouvoir se diffuser dans d’autres milieux que celui de la traditionnelle ménagère de cinquante ans.

Il faut donc faire tomber les tabous et les censures imposées par la médecine officielle et par certains responsables médias soumis à la pensée unique, aux lobbies et à Big Pharma.

Le vouloir est collectif et individuel.

Tout commence dès la naissance

Le rôle de la mère est déterminant dès la conception et, évidem­ment, après le premier cri de l’enfant.

Ce que découvre la science aujourd’hui dépasse toutes les intuitions.

Dans le ventre maternel, le petit d’Homme est sensible.

Dès sa naissance, il est sociable, conscient.

Il voit, il entend, il sent, il reconnaît sa maman ; il tente d’imperceptibles échanges avec ses parents ; il montre un don de l’expression surpre­nant ; il sait, avant de savoir-faire ; il comprend, avant de pouvoir s’exprimer…

On assiste au prodigieux foisonnement du plus secret des organes : dans la jungle des neurones, des circuits s’organisent, des réseaux se tissent, des friches s’élaguent sous l’influence des stimulations extérieures.

Et de précieuses substances y charrient déjà les premiers messages des sens et de l’intelligence.

C’est là, la mission de la maman : tenir compte de deux éléments essentiels : l’affection et les bons nutriments.

Les 3 piliers pour limiter les maladies graves

La santé se résume en un trépied : la génétique (et l’épigénétique), la nutrition et la gestion du stress.

  • La génétique, partie de la biologie sur laquelle nous ne pouvons agir et qui correspond à l’une des quatre constitutions décrites en homéopathie : nous ne pouvons interférer.
  • L’alimentation : évitez de manger trop et déséquilibré. Privilégiez les acides gras poly-insaturés (les fameux Oméga-3 et 6), qui assurent les échanges entre les membranes cellulaires.
  • L’adaptation au stress : lorsque les agressions nous submergent, l’organisme s’enflamme et sécrète une hormone anti-inflammatoire corticosurrénalienne : le cortisol. Quand les stress sont trop violents ou s’éternisent, le cortisol s’épuise, et le métabolisme déclenche une litanie de pathologies inflammatoires (qui se terminent en « -ite » : tendinite, arthrite, colite, pancréatite…) et qui peuvent évoluer en cancer.

De notre pouvoir d’adaptation aux multiples stress qui nous agressent quotidiennement, dépend le maintien d’une homéostasie (équilibre) physique et psychique, base de toute santé, de toute harmonie et de tout bien-être.

Pourquoi les méthodes simples, peu onéreuses et efficaces, ne sont-elles pas prises en considéra­tion par les Pouvoirs Publics ?

La médecine « officielle » est dans une impasse !

Elle n’est plus capable aujourd’hui de répondre simplement à la demande des patients qui réclame d’une part, des traitements plus respectueux de leur terrain et, d’autre part une plus grande écoute.

Cette médecine s’est progressivement fourvoyée en réduisant l’homme à un ensemble d’appareils et de fonctions indépendantes, en opposant en permanence la maladie à la santé, le malade à la cause de son mal et le médicament à l’agent pathogène.

Elle s’est aussi désintéressée sciemment de vastes groupes de patients pour ne se préoccuper que de ceux qui valorisent son savoir et ses techniques.

Quelques médecins ont préféré suivre une autre voie, qui consiste à privilégier une approche globale du patient et de la maladie.

Cela les a amenés à explorer toutes les thérapies avec l’esprit ouvert, à reconnaître la validité de certaines pratiques de santé issues d’autres pays et d’autres cultures, à les affranchir, aussi, du « médicalement- correct » en dénonçant, parfois, ses mensonges et ses dérives.

Antibiotiques : les solutions naturelles pour rétablir les défenses de l’organisme

Pourquoi recourir systématiquement aux antibiotiques – certes efficaces pour certains cas – mais causant des effets secondaires ?

Pourquoi ne pas réserver les antibiotiques dans des cas infectieux urgents et les ménager lors d’épidémies (méningites, staphylococ­cies…) ?

Je préfère recourir aux huiles essentielles, notamment aux familles biochimiques représentées par les phénols et monoterpénols : les HE sont virucides, bactéricides, fongicides et parasiticides.

Par ailleurs, elles sont « eubiotiques » : elles restaurent le terrain et sont très peu résistantes.

Le cap de la ménopause

L’espérance de vie des femmes européennes dépasse actuellement quatre-vingts ans.

Cela signifie qu’elles passent en moyenne trente ans ménopausées.

Il n’est pas envisageable d’accepter une période aussi longue avec des perturbations hormonales, leur cortège de troubles physiques et psychologiques, ainsi qu’un traitement hormonal substitutif.

La phytothérapie et l’homéopathie permettent de récupérer un équilibre hormonal indispensable et de combattre les troubles liés à cette période.

La vaccination assure-t-elle vraiment l’augmentation de la durée de vie ?

Le principe de la vaccination qui a fait reculer les épidémies est un dogme qu’il est interdit de contester.

Tout a été dit sur la vaccination, excepté ce qui aurait pu la discréditer et la remettre en cause.

Pourtant, elle affaiblit nos défenses immunitaires et peut générer de graves effets secondaires : maladies auto-immunes, handicaps psycho­moteurs, maladies neurodégénératives (Alzheimer, sclérose en plaques, maladie de Charcot, Guillain-Barré), cancers, sans oublier les nouvelles maladies génétiques qui peuvent mettre en péril notre descendance.

Rappelons tous les accidents générés par le vaccin de l’hépatite B et que l’on persiste à nier.

Ceux qui sont sur une chaise roulante, et d’autres dans des états alarmants, savent que dans le concept bénéfice-risque, le bénéfice est uniquement pour les laboratoires et le risque pour eux.

Mais le lobby vaccinal s’est toujours employé à désinformer les citoyens sur les dangers des vaccinations et sur leur réelle efficacité, avec la complicité d’experts qui sont à la fois juges et partis.

Néanmoins, des chercheurs de haut niveau, médecins et biologistes indépendants, et dont le seul but est la sauvegarde de l’humanité menacée par des lobbies pharmaceutiques, tirent la sonnette d’alarme et prennent le risque de dénoncer cette imposture scientifique et les scandales financiers qui en découlent.

Ces chercheurs sont bien placés pour parler de ce grave sujet qui les préoccupe, comme il devrait préoccuper tous les parents et tous les candidats à la vaccination, ainsi que tous nos pouvoirs responsables.

Quant à ces pouvoirs publics, conseillés par les « experts » des labora­toires, ils n’ont pas hésité à entreprendre des campagnes mensongères concernant des maladies qui, en Europe, ne touchaient qu’une part infime de la population.

Finalement, nous avons échangé des maladies bénignes contre des maladies bien plus graves que nous sommes incapables de guérir.

Qui a gagné au change, excepté les laboratoires ?

*

*          *

Aujourd’hui nous sommes au cœur du cyclone ! L’OMS confirme la cinquième vague.

Quelque 1,3 million de morts depuis le début de la pandémie en Europe… et 500 000 supplémentaires dans les quatre mois ?

C’est en tout cas la crainte de l’OMS.

« Le rythme actuel de transmission dans les 53 pays de la région euro­péenne est très préoccupant. Si nous restons sur cette tra­jectoire, nous pourrions voir un autre demi-million de décès dus à la Covid-19 dans la région d’ici à février », a indi­qué hier le directeur de l’OMS Europe, Hans Kluge.

Le rebond de l’épidémie semble généralisé sur le con­tinent, puisque le nombre de cas positifs augmente dans la quasi-totalité des pays.

Il reste à savoir quand va-t-on en sortir ?

Nous vivons et souffrons au milieu des virus que rien n’arrête, sauf des vaccins très facétieux et parfois mortifères.

« Pour l’heure, avec le cli­mat hivernal, on voit la circu­lation du virus repartir à la hausse, mais grâce à la vacci­nation massive des Français et l’utilisation du pass sanitaire, ce n’est pas aussi fort que chez nombre de nos voisins, notamment l’Allemagne, et sans impact sanitaire majeur », fait valoir le ministre de la Santé.

« Nous restons extrêmement vigilants, la situation pourrait évoluer ».

Cette époque d’incertitude charrie d’ores et déjà son lot de sujets… épineux au plan politique.

Et fait revenir un mot, en coulisses, au sommet de l’État : « Épée de Damoclès ».

Santé !

Dr Jean-Pierre Willem

Sources

22 comments on “Demandez le Fromage ET le dessert !

  1. Bonjour , je suis abonnée à votre revue , mais aimerai recevoir par mail ou courrier la revue détox aprés vaccins ..possible ?
    merci pour votre excellente revue et bonne suite à vous .
    Michelle

  2. Impossible de régler par carte bancaire.
    De plus, mon code postal est valable pour 2 communes et il est impossible de rentrer ma commune, c’est Fellering qui s’affiche, alors que la mienne est HUSSEREN-WESSELING.

  3. Bonjour et heureuse de constater que lorsqu’on a la chance d’avoir eu une maman dans la montagne du Cantal de France donc d’être en excellente santé cela s’est effectivement répertorié sur la mienne ! de toute jeune j’ai dû refuser le vaccin de la tuberculose au bout de la 3e fois, car j’étais négative et à l’époque il fallait être positif à la cuti réaction ! depuis j’ai aussi subi et vu au Lycée le vaccin de la poliomyélite et ma compagne de « bureau » s’est retrouvée dans la semaine qui a suivi avec des cannes : elle était paralysée des 2 jambes ! résultat de cela : j’ai refusé tous les vaccins jusqu’au Tétanos il y a 15 ans ! (j’étais en Guyane mon mari travaillait avec les légionnaires) et pour le suivre mon médecin marseillais de l’époque sachant que je n’avais jamais eu aucune maladie -même pas un rhume ! – et que je refusais tout m’avait fait un faux carnet de vaccination pour que je puisse suivre mon mari et une contre dose homéopathique pour la fièvre jaune et le palud car là les militaires ne voulaient rien savoir et j’ai dû être vaccinée ! par contre toute les personnes du quartier de Kourou où j’habitais ont eu la DENGUE y compris mon mari ! sauf MOI ! amusant non ? je peux ajouter que mon fils n’a jamais été vaccinée autrement que par homéopathie et a eu son premier DTTAB lorsqu’il a fait son armée… mais tout va bien….doinc je suis ravie d’ajouter un peu d’eau à votre moullin…. bonne journée…

  4. Pasteur l’a bien dit à la fin de sa vie : « Le vaccin n’est rien, c’est Beschamps qui a raison; le terrain est tout »… mais les labos ont interdit cette diffusion,.
    Le même Pasteur avait reconnu qu’il n’avait pas soigné le garçon atteint de rage car il n’avait pas la rage , mais Qu’il avait besoin d ‘argent….
    Le mensonge médical ne date pas de ces 2 dernières années.
    Cela fait 40 que je dis cela dans les quelques conférences que j’ai données (je suis naturopathe). Ceux qui m’ont écouté ne le regrettent pas les autres me disent le regretter…..

  5. Bonjour comment avoir accès à la méthode de detox vaccin sans souscrire l’abonnement étant déjà abonnée ?
    Merci par avance de votre éclairage
    Clt
    Karine viron

  6. Je vous lis avec plaisir depuis longtemps, que du bon sens dans vos propos, je fais le parallèle avec le Dr Dominique Rueff également apprécié…J’ai 72 ans et depuis env. l’âge de 40 ans, je pratique un mode de vie que finalement vous conseillez, à ce jour aucun problème majeur, mais c’est du bon sens, la vie est belle, autant la préserver au mieux pour profiter des bienfaits de la Nature…De la part d’un ardennais de la vallée…

  7. D’accord avec vous, mais il faut bien reconnaître que grâce à la vaccination il n’y a plus de polyomiélite, de variole, de diphtérie etc… toutes des maladies extrêmement graves qui laissaient si pas la mort des séquelles terribles… Pour le covid, mon gendre anesthésiste insiste pour le vaccin, les gens en réanimation, intubés, sont TOUS DES NON VACCINES ET DES JEUNES MEURENT…, voilà…aussi incitez les gens à se vacciner est une bonne chose, j’ai moi-même eu mes 3 doses et sans effets secondaires… Merci pour lettre intéressantes

  8. Je ne suis pas vaccinée et bien que j’aie 71 ans et étant en bonne santé, je ne désire pas le faire. Il y a cependant une chose qui me tracasse un peu. Imaginons que j’aie un accident de la circulation et que je doive être transfusée, je suppose qu’on m’injectera du sang de personnes vaccinées, et dans ce cas est-ce que je peux avoir les effets indésirables de la vaccination?
    Je vous remercie de me répondre et merci pour vos mails.
    Cordialement
    Maryse Huvé

  9. En tant qu’éducateur de Santé non officielle (mon maître fut le regretté professeur Marchesseau) j’avoue ,malgré mon intérêt croissant pour les médecines non conventionnelles être totalement débordé par l’enchaînement des informations et MENSONGES proférés quotidiennement mettant en doute nos propres convictions. mes collègues et moi même évidemment avons besoin de maîtres comme vous notamment pour nous informer , nous éduquer dans le sens noble du terme. Grand merci pour votre engagement Docteur PS Dans ce bouleversement il serait nécessaire d’envisager des formations adéquates vous et vos collègues courageux pour les nouveaux thérapeutes en médecines du BON SENS. un grand merci

  10. Bonjour Dr Willem
    J’ai 83 ans comme vous. j habite le Maroc je ne suis pas vaccinée comme vous.
    mais je me pose la questvion suivante. estce que le vaccin Covid est OTOTOXIQUE ?? je suis contente davoir trouvé vos livres sur Amazon Vous avez fait un parcours remarquable . Merci pour nous et tous ceux que vous avez aidės.
    Mon mari 87 ans a la maladie d’Alzheimer. je suis vos recommandations sur les huiles essentielles. sans trop de succès . j’ai acheté votre livre su Alzheimer.
    Par contre votre recette pour helicobacter pilori est super efficace débarrassé a 100%.
    MERCI MERCI POUR TOYS VOS CONSEILS.
    si vous en avez de plus récents pour Alzheimer merci de m’envoyer une lettre.
    Pour revenir à la surdité je suis sourde à 90% a cause de la streptomicine que l’on ma administré a l’âge de 25 ans sans me prévenir apres examen qu’il fallait éviter certains antibiotiques.
    ce qui m’aurait évité s’être pratiquement sourde aujourd’hui.

  11. Le psychiatre du CMP où je vais après une tentative de suicide en 2016, refuse de me faire mon ordonnance , parce que je suis pas vacciner ( j ai 74 ans et fait du Qi Gong depuis 15 ans avec une naturopathe ) et donc prend de la vit D depuis un an .. trouvez vous cela normal ? Moi non plus de liberté en France ….je supporte mal (car j ai été violée par mon père de mes 6 ans à 11 ans ainsi que ma soeur de 3 ans plus jeune et c est quand elle a fait une paralysie du côté gauche à 11 ans que les choses se sont arrêtées ) et je peux pas dormir sans somnifères… merci

  12. Bonsoir cher Docteur Willem,
    Vous savez pertinemment que tous les virus mutent en devenant plus contagieux et moins dangereux, moins nocifs. Omicron est un minus virus, un chercheur américain a publié les résultats de ses recherches. Bien sûr, le gouvernements le montent en épingle pour continuer à alimenter la peur qui fait baisser l’immunité des gens manipulés et décérébrés par la télévision. Par contre, j’ai 75 ans en forme et je n’ai aucune intention de me faire injecter ce produit infernal !
    Regardez le Doctothon, c’est génial, j’ai presque tout regardé. le meilleur site, c’est sur la plateforme libre Crowdbunker. Bonne soirée à vous, Béatrice Couturier (Ile de la Réunion)
    Bonne soirée à vous

  13. Bonsoir, comment recevoir le livre sur la « détox post vaccin » lorsque l’on est déjà abonnée à « Révolution Santé » ? Merci pour tous vos articles et votre engagement, continuez, continuons ! A vous lire,
    bien à vous, Danièle Dupont,

  14. Merci pour vos lettres pleines de bon sens.
    J’ai eu un lymphome B diffus…la dernière chimio date d’il y a plus de deux mois . J’ai été obligée de me faire vacciner ( la première dose ) avant la première chimio.
    Je ne risque pas de faire les deux autres doses…on se demande quel est le but final de toute cette mascarade .
    Merci de dire la vérité..et les alternatives !
    Bien cordialement

  15. Je ne suis pas et ne me ferai pas vacciner. Dans mon foyer nous vivons a 5, 3 générations. Mon mari m’a fille et ma petite fille 17 ans vaccinés. Ma petite fille de 10 ans et moi, non. Nous vivons tres bien ensemble, pas de guerre entre les uns les autres, il y a eu des cas contacts, un peu d’isolement,l’auto test et on repart. Chaque semaine et depuis des années nous prenons chacun une dosette oscillococcinum, jusqu’à 3 par jour en cas de fièvre, vitamine C et vitamine D. Et on survit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *