memoire

COVID-19 : des effets sur la mémoire ?!

Chère lectrice, cher lecteur,

On aurait préféré ne jamais en entendre parler.

Mais puisqu’il est là et visiblement déterminé à rester, le SARS-CoV-2, on est bien forcé de le regarder sous toutes ces coutures.

Comment fonctionne-t-il ?

Que déclenche-t-il ?

Comment notre organisme s’adapte à son attaque ?

Tant de questions auxquelles les médecins parviennent à répondre, petit à petit.

Aujourd’hui, bien que l’on ignore encore beaucoup de chose à son sujet, on sait que le coronavirus provoque de la toux sèche, de la fièvre, com­prise entre 38° et 40°, et des maux de tête.

On peut avoir l’un ou l’autre de ces symptômes, ou les trois. Ce vi­rus peut aussi provoquer des maux de ventre et des diar­rhées, comme de « banales » pathologies de l’hiver.

Les professionnels de santé ajoutent que certains des symptômes ne sont pas dus au virus lui-même, mais à la réaction de notre propre système immunitaire face à l’agression, très variable d’un individu à l’autre.

C’est le cas de la grande fatigue, épui­sante, qui serait une réponse de notre système immunitaire qui flanche.

Par la suite, le Covid-19 s’attaque à d’autres organes : le cœur, les reins ou le foie.

Mais il ne s’arrête pas là…

On a en effet pu constater chez de multiples malades un état de confusion, de subites pertes de mémoire ou encore d’agitation soudaine et surtout une perte de l’odorat.

Confrontés à ces symptômes, de nombreux médecins sont désormais convaincu que ce virus atteint le cerveau et le système nerveux.

Une demi-surprise pour les virologues, dès lors que cette agression de l’encéphale a déjà été constatée avec d’autres virus.

Disparition totale d’un sens !

L’un des symptômes fréquents de l’infection au Covid-19 est la perte du sens de l’odorat – ou anosmie – qui peut concerner toutes les odeurs ou parfois seulement quelques-unes d’entre elles.

Plus de 8 patients sur 10 ont une perte du goût et de l’odorat.

Un groupe de spécialistes ORL de l’IFOS (la fédération in­ternationale des sociétés d’ORL) a mené une vaste en­quête auprès de 417 patients (263 femmes, 154 hommes) infectés.

Les résultats sont probants :

  • 86 % présentent des troubles partiels ou com­plets de l’odorat ;
  • 88 % des troubles partiels ou complets du goût.

Ils surviennent soit avant l’apparition des symp­tômes généraux et ORL (dans 12 % des cas), soit pendant (65 % des cas), soit après (23 % des cas).

Les femmes sont nettement plus atteintes par ces symptômes et cette diffé­rence liée au sexe est significative sur le plan statistique.

« L’anosmie serait-elle le signe d’une forme peu sévère de la maladie ? Inutile d’en tirer des conclusions hâtives ! Nous n’avons pas interrogé des malades hospitalisés et gravement atteints, qui ont d’autres priorités de santé », précise le médecin.

Des papilles dans le nez

Si l’on ne sent presque plus rien, ou plus rien du tout, c’est parce que le virus touche le centre principal de l’olfaction, situé tout en haut des fosses nasales.

Là se trouvent les « papilles du nez », soit des cellules olfactives (des neurones), protégées naturellement par le mucus, qui communiquent avec le cerveau.

Directement attaqués par le Covid-19, ces neurones olfactifs ne peuvent plus assurer leur rôle de mes­sager des odeurs.

La bonne nouvelle selon les spécialistes ORL ?

Ils seraient capables de se régénérer rapidement.

« Pour près d’une personne sur deux (44 % des cas), l’odorat “se récupère” dans les quinze jours », observe le Pr Hans en se référant à ses expérimentations.

Et pour les autres ?

« Nous n’avons pas encore assez de recul, mais l’évolution devrait être favorable, même si cela doit prendre plusieurs mois », rassure-t-il

Le geste qu’il ne faut PAS faire

Comment accélérer le rétablissement de l’odorat, un sens que l’on aurait tendance à sous-estimer et qui se révèle pourtant utile, voire essentiel ?

« Il ne faut surtout pas prendre des anti-­inflammatoires qui pourraient faire flamber l’infection.

Ainsi, les corticoïdes oraux ou nasaux (en spray) sont contre-indiqués dans le cadre des anosmies dues au Covid-19 », avertit le Pr Hans.

La solution passe par la patience…

Et si le handicap persiste, il faudra mettre en place avec son médecin une rééducation olfactive.

Ce qui consiste à s’exposer matin et soir quelques secondes à quatre principales odeurs : fleurie (rose), boisée (eucalyptus), fruitée (citron) et aromatique (clou de girofle).

En effet, une étude réalisée il y a quelques années sur des patients anosmiques soumis à ce « régime olfactif » pendant trois mois a montré une amélioration de l’odorat chez plus de 30 % d’entre eux.

Précisons que ces patients n’étaient pas atteints de la covid-19[1].

Quand les 5 remparts immunitaires lâchent !

L’atteinte olfactive tend ensuite à se généraliser sur l’ensemble du spectre olfactif au fur et à mesure de l’aggravation de la maladie.

Elle peut finalement atteindre le cerveau limbique qui recèle l’hippocampe (siège de la mémoire) et l’amygdale (siège des émotions).

Bien que ces troubles olfactifs soient au premier plan de la description clinique de la maladie d’Alzheimer (95% des patients en sont atteints), ils sont malheureusement souvent oubliés tant dans la pratique que par les patients inconscients de leurs troubles.

Mais comment en arrive-t-on à perdre l’odorat, soit parce qu’on est atteint de la maladie d’Alzheimer soit parce qu’on est infecté par un virus ?

Il faut chercher une explication dans l’effondrement des cinq barrières.

1/- La barrière immuno-intestinale

On sait que l’intestin (qui ne sert pas qu’au transit intestinal) est le plus grand organe immunitaire de l’organisme.

Il abrite les ¾ des cellules immunitaires et :

  • produit au moins vingt neuromédiateurs,
  • fabrique ses propres hormones en réponse à des facteurs environnementaux.

C’est pourquoi l’intestin est qualifié de deuxième cerveau.

Presque tous les médicaments chimiques (IPP, statines, additifs, pilule) consommés à doses pondérables et au long cours induisent une hyperperméabilité intestinale et un stress oxydant par production de radicaux libres oxygénés.

2/- Le système réticulo-endothélial

Le système réticulo-endothélial est constitué par les lymphocytes issus des cellules souches du tissu lymphoïde et créés à la suite de la pénétration de l’organisme par des antigènes (éléments étrangers).

Ces cellules se transforment en lymphocytes B et T et en plasmo­cytes qui possèdent une capacité immunitaire.

3/- Les cellules endothéliales vasculaires

L’endothélium vasculaire constitue une barrière cellulaire entre les tissus et le sang.

C’est un facteur clé de la régulation de la tonicité et de la structure des vaisseaux. En réponse à différents stimuli, les cellules endothéliales sont capables de synthétiser des molécules régulatrices.

Certaines conditions mécaniques ou physiologiques peuvent entraver cette fonction, et l’on parle alors de dysfonction endothéliale.

Elle se caractérise par un défaut de la vasodilatation endothélium-dépendante, provoqué par une réduction de la dispo­nibilité de facteurs vasodilatateurs, comme l’oxyde nitrique (NO), et d’une augmentation de l’activation endothéliale.

C’est au niveau de l’endothélium vasculaire qui recouvre la paroi interne des vaisseaux et du cœur que le récepteur ACE2 (l’ACE2 est le point d’ancrage du virus dans les muqueuses permettant sa pénétration dans les cellules humaines) va agresser l’ensemble des organes (peau, cœur, intestin, rein, appareil génito-urinaire).

La faible fréquence des formes sévères de covid-19 et l’atteinte sensitive des enfants pourrait s’expliquer par la faible disponibilité en récepteurs ACE2 du coronavirus au niveau de la muqueuse nasale.

4/- Les cellules sanguines

Elles sont composées de monocytes et de lymphocytes B.

Les mono­cytes deviennent des macrophages et les lymphocytes B sont à l’origine des anticorps.

5/- Effondrement de la barrière hématoencéphalique (BHE)

Un seul organe échappe en dernier lieu à l’assaut des anti­gènes : c’est le système nerveux central (qui comprend le cerveau et la moelle épinière) et le système nerveux périphé­rique.

On sait que le système nerveux est indispensable à la transmission de l’influx nerveux, et, à ce titre, il est protégé par une barrière immunitaire anatomo-physiologique, la barrière hémato-encéphalique (BHE), très semblable à la barrière immunitaire intestinale.

Atteinte virale et Alzheimer : quels liens ?

Franchir cette barrière, c’est potentiellement voir se développer des maladies neurodégénératives, notamment la maladie d’Alzheimer !

Dès lors, on comprend pourquoi tous ces « ressuscités » après la réanimation ont vu leur 5 barrières s’effondrer. Mais la plupart n’ont pas dépassé le cap de la réanimation et nous ont quittés.

Toutefois…

On peut observer que les rescapés sont déjà atteints de la maladie d’Alzheimer.

Ils en présentent tous les signes : trouble olfactif, troubles du comportement, perte de la mémoire, désorientation, agitation, dépression.

Ce ne sont autres que les signes constitutifs de la maladie.

Ces trente dernières années, la littérature a mis en évidence une atteinte olfactive précoce dans l’Alzheimer, qui se généralise sur l’ensemble du spectre olfactif au fur et à mesure de l’aggravation de la maladie.

Les régions du cortex cérébral ayant conservé une association avec le système olfactif sont les régions phylogénétiquement anciennes.

 Il s’agit de l’hippocampe, l’amygdale et le système limbique du lobe temporal dont on sait qu’elles jouent un rôle fondamental dans l’acquisition de la mémoire, l’apprentissage, les aspects émotionnels du comportement ainsi que l’alternance veille-sommeil (qui détermine les rythmes biologiques spécifiques de l’activité diurne ou nocturne).

On sait que ces régions du cerveau sont précisément celles qui sont touchées au cours de la maladie d’Alzheimer !

Quant aux patients atteints par le coronavirus qui ont été alerté par un seul signe, à savoir un trouble de l’odorat, ils se sentent rassurés dès lors que ce léger trouble régresse dans les 15 jours.

Toutefois cet unique symptôme peut être révélateur d’un avenir plus sombre…

C’est ainsi qu’on pourra diagnostiquer 10 ou 20 ans plus tard, cette maladie neurodégénérative.

Le patient aura peut-être oublié que jadis, il avait été atteint par le coronavirus.

Dans les 7000 EHPAD qui rassemblent 5 à 600.000 patients dont une majorité de malades Alzheimer, il serait intéressant de procéder à des algorithmes, voire d’avoir recours à l’intelligence artificielle, pour recenser tous les événements pathologiques qui ont précédé la survenue de la maladie d’Alzheimer et en particulier l’atteinte virale.

Votre ordonnance-minute : 4 réflexes qui sauvent

Tous les patients qui recourent aux médecines naturelles font part des effets positifs des compléments alimentaires.

On peut aujourd’hui établir un protocole thérapeutique qui couvre l’ensemble des signes et symptômes.

Booster les défenses

Le meilleur produit STIMU+, 2 fois 2 gélules.

Ceux qui en ont pris avant la grippe et le coronavirus ont échappé à la maladie.

Restaurer la flore intestinale

ORTHOFLORE (Phyt’Inov) ou LACTOSPECTRUM (Le Stum), 1 gélule ou 1 sachet avant petit déjeuner, 1 mois.

Si colopathie, troubles de transit : MUCOPERM (labo Longevie) (tel : 00 32 69 76 50 60).

Dépolluer

Nous sommes tous pollués et tous les émonctoires sont bloqués.

Le grand traitement n’est pas médical mais tout simplement le sauna japonais (5 séances désintoxiquent et restaurent l’organisme.

Une centaine de personnes qui l’ont pratiqué sont « emballées », ils ont récupéré, (tel : 06 30 28 72 55).

Relancer les métabolismes

L’algue Aphanizomenon (AFALG) labo Phyt’Inov, (tel : 00 41 32 466 89 14).

L’aliment le plus complet de la planète (115 micronutriments), il dépollue et comble toutes les carences.

Et le dernier produit qui va révolutionner la thérapie : le KITOSOME PQQ10 « quercétine » du labo Han Biotech, (tel : 03 88 23 58 31).

C’est le plus actif nutriment antivieillissement et de défense contre les diverses agressions.

Finalement, je vous recommande ces livres (vendus dans de nombreuses librairies) :

  • « Alzheimer et odorat : quand les arômes restaurent la mémoire » Ed. Trédaniel.
  • « Pollutions et santé ». Ed. Dangles.

Portez-vous bien !

Jean-Pierre Willem


[1] «Olfactory and Gustatory Dysfunctions as a Clinical Presentation of Mild to Moderate Forms of the Coronavirus Disease», European Archives of Oto-Rhino-Laryngology, 2020. L’enquête se poursuit. N’hésitez pas à participer si vous avez perdu l’odorat à cause du Covid-19 : surveymonkey.com/r/VMQYKGV.

Sources

30 comments on “COVID-19 : des effets sur la mémoire ?!

  1. Voila, cela fait environ 3 semaines que je ressens des effets bizarres
    Style vertiges, nausées et maux de ventre et des diar­rhées, et sifflement oreilles, ma tension (suis sous vasartan) bilan sanguin d’après le généraliste bien, là je suis allée chez l’orl et doit passer d’ici 3 semaines 2 autres examen, mais je trouve que c’est tout mon système immunitaire qui est mal, doit également faire une échographie de l’abdomen, voilà ou j’en suis …votre impression ? Merci

  2. Merci pour votre lettre. Le KITOSOME PQQ10 ne correspond à rien au catalogue du labo Han Biotech. Pouvez-vous rectifiefr l’errfeur. Merci

  3. Bonjour,
    Merci beaucoup pour vos nouvelles et vos conseils précieux. Heureusement qu’il y a des médecins comme vous qui ne se limitent pas à la ‘médecine conventionnelle’ enseignée. Cela dit, je ne comprends pas pourquoi les médecins qui étudient et comprennent le fonctionnement de l’intestin ne prennent pas conscience de l’importance de l’intestin et ne font pas le lien avec de nombreuses maladies. Pourquoi quand on leur signale qu’on a des problèmes intestinaux, ils se limitent à nous donner des médicaments pour traiter uniquement les symptomes ? J’avoue que ça me surprend ! Personnellement, j’ai commencé depuis peu une formation de naturopathie qui m’a ouvert les yeux sur un certain nombre de choses liées à l’intestin. Je suis loin d’avoir les connaissances d’un médecin mais j’ai déjà compris l’importance de l’intestin et son lien avec certaines pathologies.

  4. J’ai lu beaucoup de vos articles intéressants ;mais je dois dire qu’ici si on ne veut pas affoler la population et bien en vous lisant il y a de quoi faire paniquer tout le monde. Comme pour le 11 septembre les gens vont finir par se jeter par la fenêtre. Cordialement. Éric

  5. Bonjour Docteur WILLEM,
    De puis très longtemps, je suis une fervente lectrice de vos lettres de santé naturelle. Elles sont vraiment très intéressantes. J’y trouve beaucoup de compassion et cela me pousse à vous posez une question qui m’obsède mais ne concerne pas la COVID. Vous parlez de relation odorat /maladie d’Alzheimer. Connaissant votre grande humanité, au travers de vos lettres, j’ose vous poser cette question qui m’obsède. Voilà :
    Fin mai 2019, mon fils aîné a eu un terrible accident de moto, il a eu une fracture du crâne et a dû subir une grosse intervention reconstructive du crâne. Hélas, le chirurgien lui a signifié qu’il ne retrouverait ni l’odorat, ni le goût car la zone frontale a été trop endommagée. Pensez-vous que les années à venir, ce manque d’odorat puissent un jour dériver sur un Alzheimer ?? N’y aurait-il pas aujourd’hui, alors que les faits sont encore récents, une rééducation olfactive à base d’Huiles Essentielles pour que son cerveau puisse encore réagir (même si lui ne sent plus rien…).
    J’espère que je ne vous aurai pas importuné avec mon problème mais d’avance je vous remercie de m’avoir lu. Avec toute ma sympathie.- F.Cervantès.

  6. Bonjour,
    en effet ma mère, 94 ans atteinte de la maladie d’Alzheimer depuis 10 ans
    a attrapé le Covid en Avril et a guéri.
    Cependant elle vient de décéder d’une occlusion intestinale suite à une sténose de l’artère mésentérique.
    Ce peut il qu’il y ait un rapport?
    Elle a eu aussi depuis
    sa  » guérison »
    Une anémie non ferriprive
    Une carence en Vitamine B6 et B9
    Les TGP abaissées
    Puis cette occlusion qui l’a emportée en 3jours…
    Si cela peut aider.. voilà

  7. Bonjour et merci pour votre message en forme de lettre…. je désirerais savoir si les huiles essentielles comme :RAVINTSARA TEA-TREE… principalement, protègent du virus… et si le masque est vraiment indispensable, car je n’en porte jamais, ni ma fille, qui est porteuse d’un implant contraceptif…. je précise que nous habitons dans le Sud… en bord de mer,ou le virus apparemment est peu présent…Merci pour votre réponse, si possible et bonne santé à vous ainsi qu’à votre famille… Amicalement…. Chantal et sa maman 🌞🌻🕊🌷🍄💐

  8. Bonjour Mr Willemse,
    Il ne faut pas en faire une généralité, je n’ai PAS le covid et pourtant il y a + de 50 ans que je subis ces symptômes .. en 1990 j’ai perdu totalement l’odorat suite à des sinusites répétitives provoquées par de nombreuses allergies respiratoires, il m’est souvent arrivé aussi de perdre les 2 : goût et odorat 😞 j’ai déjà été opérée à l’âge de 5 ans en 1958 des amygdales et des polypes suite à de très nombreuses angines blanches et de rhinites. En 1970, j’ai fait la demande du traitement d’immunisation par gamma (programmé sur 3 ans) »» refusé, trop jeune pour effet total. En 1980, je réitère la demande .. trop tard, trop âgée pour les gammas 😬 Faudrait savoir .. On s’est bien foutu de moi ! 😬
    Fin 1991, cela me retombe gravement sur la tête, perte de goût et d’odorat total, je n’ai même plus envie de m’alimenter. Je consulte et on me dit : récidive de polypes et importante déviation de la cloison nasale … Opération programmée : ablation des polypes et rectoplastie.. résultat : 50% bon, 50% nul car les allergies dirigent toujours ma vie 😭😭 .
    Pour finir vite .. j’ai 67 ans 1/2 et au final j’aurai passé 9/10ème de ma vie à avaler des anti-histaminiques toujours plus puissant 😭😭 ça donne bien qlq jours puis mon corps se met dessus et mes allergies reprennent de plus belles ..😞
    Saletés d’allergies, elles auront pourri toute ma vie !
    Avec toute ma sympathie Mr Willemse ..

  9. Bonjour,
    en effet ma mère, 94 ans atteinte de la maladie d’Alzheimer depuis 10 ans
    a attrapé le Covid en Avril et a guéri.
    Cependant elle vient de décéder d’une occlusion intestinale suite à une sténose de l’artère mésentérique.
    Ce peut il qu’il y ait un rapport?
    Elle a eu aussi depuis
    sa  » guérison »
    Une anémie non ferriprive
    Une carence en Vitamine B6 et B9
    Les TGP abaissées
    Puis cette occlusion qui l’a emportée en 3jours…
    Si cela peut aider.. voilà

  10. Bonjour Docteur Willem,
    Il y a encore quelques semaines la PROPOLIS (sous diverses formes) était recommandée pour stimuler le système immunitaire , ( par divers intervenants. e.g. Mr Combris )
    Aujourd’hui plus guère de mention de ce produit.
    Se serait-il révélé peu efficace ?
    Est-il passé de mode ?
    J’aurais aimé avoir votre avis sur ce point.
    Cordialement,
    Claude Vaissaire

  11. Merci pour cette lettre!
    Je l’ai lue attentivement, mais beaucoup de vos explications sont trop difficiles à comprendre pour moi.
    Si les livres que vous recommandez sont aussi compliqués, je m’abstiens de les lire. Dommage!
    J’ai tellement envie de comprendre les fonctionnements du corps et de nos deux cerveaux que je suis frustrée en lisant de telles explications. Je manque certainement d’intelligence…

  12. Cher J-P Willem, merci pour toutes ces informations.
    Avez-vous un avis sur la chroma to thérapie Agra part ?
    Pourriez-vous en parler prochainement ?
    Très cordiales salutations.
    J. Garaboux.

  13. Si nous n ‘avons pas le COVID, est ce qu’il faut prendre à titre préventif l’algue APHANIZOMANON et le KITOSOME PQQ10 (ou seulement si nous l’avons eu) ?

    Ces médicaments sont ils à titre préventif ou curatif ?
    merci de votre retour
    bien cordialement

    Marylène FORTIN

  14. Bjr DCT Willem,

    J ai perdu le gout et l’odorat il y a 20 ans. j’ai ete opere deux fois pour agrandir le passage d’air dans le nez . Sans resultat. y a t’il une autre solution ou une nouvelle methode pour essayer de recuperer le gout.
    En esperent une reponse posititve de votre art Veuillez agreer Monsier Willen mes salutations distinguees

    guy vanderveken. tel 0032477340370

  15. Comment renforcer son système immunitaire lorsqu’on est atteint de polyarthrite rhumatoïde et du syndrome de l’intestin perméable?
    Merci de vos conseils.

  16. Bonsoir Mr Willem,
    Epouse de l’un de vos confrères dcd , je ne sais plus que faire pour calmer douleurs et froidure de les orteils. Sans doute une maladie de Reynaud..y aurait-il une ou des HE qui pourraient m’aider à supporter ?? Malgré mes recherches dans vos livres divers et suivi de vos newsletters, je ne trouve pas l’aide dont j’aurais tant besoin.. Mille mercis, si vous avez un conseil a me témoigner.. Mme Brigitte Claire Lams retraitee de 76 ans a Valreas 84.600

  17. Bonjour,
    Je voudrais faire une remarque à propos de la mise en page. En effet, celle-ci est très aérée, ce qui augmente le nombre de pages quand on veut l’imprimer pour des personnes qui n’ont pas d’ordinateur (par exemple). Du point de vue écologique c’est néfaste, surtout que c’est valable pour tout texte à imprimer, ce qui représente un nombre impressionnant de pages de papier en trop et cela surtout pour ajouter des lignes blanches !
    Je vous remercie de m’avoir lu et de bien vouloir agir en conséquence.
    Je vous souhaite une excellente journée.
    Claude Vojen
    P.S. Lecteur fidèle de votre lettre, je trouve son contenu très enrichissant.

  18. Bonjour
    Tout d’abord, merci pour vos précieux conseils. j’ai pu ainsi découvrir votre site marchand Phytonut.
    Vous passez en revue, bien des pathologies avec des solutions alternatives.
    J’ai pourtant une question à poser au medecin que vous êtes:
    Mon épouse vit des névralgies d’Arnold après une intervention chirurgicale au cervelet.
    Y a t’il une solution autre que des produits chimiques violents qui ne donnent pas les résultats attendus, sans parler des désagréments digestifs et autres troubles.
    Merci d’avance de votre réponse

  19. Bonjour Docteur, je viens de recevoir ma boite de stimu +, sur la boite, il est conseillé 1 gélule par jour. Vous préconisez 2 fois 2 gélules par jour, y à t-il un risque à suivre votre protocole?
    Merci pour votre réponse.
    Cordialement Daniel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *