Junk food

Comment perdre vos kilos de trop ?

Chère lectrice, cher lecteur,

Vous savez certainement que l’énergie apportée par les aliments est traditionnellement mesurée en calories.

Cependant, il faut bien distinguer les bonnes calories absorbées des mauvaises.

Les « calories vides » désignent les aliments qui, bien qu’apportant beaucoup de calories, sont très pauvres en nutriments essentiels.

Ils sont souvent très concentrés en sucre ou en gras, sans pour autant contenir des vitamines, des fibres et des minéraux.

Les « calories vides » sont souvent converties dans le corps en graisses et stockées.

Dans une optique de perte de poids, elles sont ainsi à proscrire, car elles se comportent comme un coupe-faim à court terme : elles donnent l’impression d’être rassasié et entraînent un stockage de graisses saturées sans avoir apporté de vitalité et d’énergie au cerveau.

Il faut donc exclure le recours régulier, et encore moins quoti­dien, aux fast-foods, aux viennoiseries, aux aliments panés ou frits, aux bonbons, aux sodas…

Ils perturbent, directement ou non, le devenir des graisses dans le corps et entraînent une prise de poids ; ils peuvent provoquer des modifications de la glycémie, une perte dénergie et de vitalité, des troubles sexuels, des troubles de l’humeur et des addictions.

Mes conseils diététiques pour une santé étincelante

Ces aliments à consommer tous les jours :

  • Des légumes et des fruits biologiques dont la ration journalière devrait être de 500 grammes par jour, dont au moins 70 % devraient être consommés crus.
  • Un peu de céréales, en évitant le blé et le maïs. Préférez le quinoa, le riz, le petit épeautre ou le sarrasin.
  • Deux cuillères à soupe d’huile d’olive et une d’huile de colza ou de lin ou de noix non chauffées à intégrer à une vinaigrette dans les salades, ou les mélanger à vos plats après cuisson.
  • Assaisonner vos vinaigrettes, vos sauces et vos plats avec des herbes aromatiques fraîches.
  • Intégrez toujours des légumes à tous les repas et des fibres.
  • Buvez impérativement au moins deux litres d’eau par jour, en dehors des repas. Privilégiez une eau peu minéralisée : les minéraux ne peuvent être métabolisés et bloquent les reins.

 

À consommer 2 à 3 fois par semaine

  • Des poissons « gras » principalement des mers froides comme : maquereau, hareng, sardines
  • Des volailles : poulet, dinde, canard, oie, pintade, provenant d’élevages garantis biologiques et du gibier sauvage. Il est important de consommer celles-ci sans la peau.
  • Les fromages à chair crue. Signalons que les fromages recèlent des phosphoprotéines qui inhibent le calcium.

La diététique ne doit pas être fondée sur des notions quantitatives, mais sur des notions qualitatives.

Un retour à des aliments naturels et crus serait un grand pas dans cette direction.

L’homme est adapté sur le plan nutritionnel à l’état sauvage et non à l’état civilisé. L’homme moderne s’est complètement écarté des lois naturelles.

Alors que les produits originels étaient inoffensifs, certains produits modernes ayant subi certaines modifications génétiques sont devenus nocifs.

La répartition des repas idéale à adopter 

  1. Le petit déjeuner est le repas le plus important. Il faut donc y porter une attention particulière car il doit apporter à notre organisme le « carburant » et l’énergie néces­saires pour toute la journée. Il ne faut dès lors pas se gaver de choses grasses, lourdes, sucrées et très caloriques. Je vous recommande la prise de 3 noix du Brésil et de Cajou auxquels vous pouvez ajouter 3 à 5 dattes ou figues.
  2. Le milieu de la matinée semble être le moment idéal pour déguster un fruit de saison.
  3. Le repas de midi devrait être un moment de calme durant lequel le corps devrait bénéficier d’un apport varié, complet et équilibré (légumes, crudités, fruits…), en fonction du type de régime choisi.
  4. Le milieu de l’après-midi vous permettra de faire une pause, agrémentée d’une tisane et d’un fruit de saison.
  5. Le repas du soir doit, sans conteste, être léger puisque la digestion de la nuit est beaucoup plus lente.

N’oubliez pas que la nuit favorise le stockage des graisses, augmente la production de radicaux libres et cela perturbe le repos. Orientez-vous donc vers des potages de légumes à base de légumes frais, coupés fins, mais pas « moulus » et très peu cuits ou vers des légumes cuits et des légumineuses avec un peu de protéines végétales.

L’exemple du régime crétois, un modèle à suivre

De nombreuses équipes de recherche ont mis en évidence les bienfaits du régime alimentaire suivi par la population crétoise !

Elle conserve, année après année, une espé­rance de vie de loin bien supérieure à la durée habituelle observée dans de nombreux autres pays.

Afin de démontrer l’incroyable effet protecteur de ce régime sur la santé, le Dr Serge Renaud l’a appliqué à Lyon sur une population de personnes ayant déjà eu des problèmes coronariens.

Les résultats obtenus furent exceptionnels et on assista à 70 % d’améliora­tion de l’état de santé des patients.

Cette alimentation traditionnelle méditerranéenne est essentiellement composée de :

  • Céréales et pain, légumineuses, légumes verts, fruits et poissons,
  • Presque aucune viande, ni fromage, ni beurre, ni vin,
  • Huiles d’olive (riche en acides gras oléiques monoinsaturés), de noix et de colza (riche en acide alpha linolénique polyinsaturé).

Ces conseils s’adressent particulièrement aux personnes présentant des problèmes cardio-vasculaires mais ils devraient être appliqués et adaptés à chacun afin de préserver son capital santé, et ceci dès le plus jeune âge. Voir mon livre : « Les secrets du régime crétois ». Ed. Dauphin

Portez-vous bien !

Jean-Pierre Willem

PS : Pour les plus hardies d’entre vous, je vous invite à visiter mon association et selon mes réserves de Malongo (la grande réserve) je vous offrirai une tasse de café.

Voir mon livre « Les secrets du régimes crétois » Ed. Dauphin. 14,90€

Ou « Aroma-minceur » chez Albin Michel.

Dans ce petit livre je propose une stratégie de 21 jours permettant une réduction d’environ 5 kilos. Le programme est composé de plantes, d’huiles essentielles, d’oligo-éléments, de gemmothérapie, d’homéopathie et de prébiotiques.

Et bientôt je vais vous reparler de la découverte du mécanisme de la maladie d’Alzheimer et de son traitement. « Alzheimer et odorat : quand les arômes restaurent la mémoire » Ed. Trédaniel.

Certains neurologues, stupéfaits par cette découverte m’ont encouragé à me présenter pour le prix Nobel !

Sources

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *