Bronchiolite : protégez vos petits !

En une semaine, il y a eu pas moins de 5 000 consultations aux urgences pour des bronchiolites !

On assiste à une véritable épidémie.

400,000 bébés sont touchés par le virus, dont 30% ont moins de 2 ans.

Il faut intervenir vite, car la bronchiolite, même si elle est souvent bégnine, peut engendrer des complications importantes comme l’asthme ou des lésions chroniques.

Les premiers symptômes de la maladie sont les suivants :

  • Le bébé a des difficultés pour manger ;
  • Les bronches sifflent et une toux apparait ;

Il faut s’inquiéter si le bébé :

    • Est âgé de moins de 6 semaines ;
    • Est né prématuré et est âgé de moins de 3 mois ;
    • A déjà une maladie respiratoire ou cardiaque identifiée ;
    • Boit moins de la moitié de ses biberons à trois repas consécutifs ;
    • Vomit systématiquement ;
    • Dort en permanence ou au contraire, pleure de manière inhabituelle et ne peut s’endormir.

Pourquoi seulement les bébés ?

Il est très rare que les adultes ressentent des symptômes de bronchiolite.

Le plus souvent, ils portent le virus et infectent le nourrisson sans le savoir…

Car les bébés sont beaucoup plus fragiles, notamment au niveau des bronchioles :

    • Les cellules à mucus sont plus nombreuses que chez l’enfant, ce qui favorise l’hypersécrétion et l’encombrement.
    • Le diamètre des bronchioles est plus étroit, ce qui favorise l’obstruction.
    • Les bronchioles du nourrisson sont plus proches de la bouche donc les agents pathogènes les atteignent plus rapidement .

 

Une solution efficace : l’homéopathie

Heureusement, l’homéopathie peut faire des miracles

Voici le traitement prioritaire que je préconise aux parents :

En cas de spasmes, dyspnée, sibilances, langue propre : IPECA 5 CH
10 granules à faire fondre dans un petit biberon d’eau à lui donner en 4 fois dans la journée.

En cas d’aggravation de l’encombrement : ANTIMONIUM TARTARICUM 5 CH
10 granules à faire fondre dans un petit biberon d’eau à lui donner en 4 fois dans la journée.

En cas d’antécédents infectieux ORL : AVIAIRE 9 CH
1 dose unique le soir dans un peu d’eau.
5 séances de kinésithérapie respiratoire sont prescrites à effectuer en cas d’encombrement.

Pour des cas plus particuliers, je vous propose de vous référer à ces 3 tableaux :

1) LES MÉDICAMENTS DU SPASME

Spasme et dyspnée. Le nourrisson garde les poings serrés. CUPRUM METALLICUM 5 CH
5 granules 3 à 6 fois par jour, jusqu’à amélioration.
Quintes asphyxiantes aggravées vers minuit. Obstruction nasale. SAMBUCUS 5 CH
5 granules 3 à 6 fois par jour, jusqu’à amélioration.
Toux rauque et sifflante aggravée lorsque le bébé est couché. SPONGIA 5 CH
5 granules 3 à 6 fois par jour, jusqu’à amélioration.
Atteinte de l’état général. Aggravation entre 1 h et 3 h du matin. Sibilantes. ARSENICUM ALBUM 9 CH
5 granules 3 fois par jour, jusqu’à amélioration.
Toux suffocante ETHYL SULFUR DICHLORATUM (Ypérite) 5 CH 5 granules 3 à 6 fois par jour, jusqu’à amélioration.

 

2) LES MÉDICAMENTS DE LA SÉCRÉTION

Toux sifflante. Face pâle. Vomissements glaireux ou alimentaires. IPECA 5 CH
5 granules 3 à 4 fois par jour, jusqu’à amélioration.
Toux épuisante. Encombrement bronchique. ANTIMONIUM TARTARICUM 5 CH
5 granules 3 à 4 fois par jour, jusqu’à amélioration.
Dyspnée. Encombrement bronchique. BLATTA ORIENTALIS 5 CH
5 granules 3 à 4 fois par jour, jusqu’à amélioration.
Aggravation vers 3 heures du matin. Expectoration de petits crachats difficiles à expulser. Les séances de kinésithérapie sont souvent improductives. Amélioration en position assise. KALIUM CARBONICUM 5H
5 granules 3 à 4 fois par jour, jusqu’à amélioration.

 

3) POUR EVITER LES RÉCIDIVES

Affections ORL à répétition avec tendance aux bronchites et aux otites. AVIAIRE 15 CH
1 dose 1 à 2 fois par mois.
Alternance de bronchites asthmatiformes, otites, gastro-entérites et eczéma. ARSENICUM ALBUM 15 CH
1 dose 1 à 2 fois par mois.
Bronchiolites d’emblée graves évoluant vers un foyer pulmonaire inflammatoire et/ou infectieux. Toux persistante. PHOSPHORUS 15 CH
1 dose 1 à 2 fois par mois.
Rhinopharyngites à répétition. Peau sèche. Enfant de faible poids. NATRUM MURIATICUM 15 CH
1 dose 1 à 2 fois par mois.
Toux nocturne persistante. Expectoration traînante. En association avec PHOSPHORUS 15 CH et AVIAIRE 15 CH. PULSATILLA 15 CH
1 dose 1 à.12 fois par mois.
Infections virales à répétition. Adénopathies. SULFUR IODATUM 15 CH
1 dose 1 à 2 fois par mois.
Infections à répétition. Transpiration de la tête et des pieds. Amaigrissement.
Adénopathie cervicale.
SILICEA 16 CH
1 dose 1 à 2 fois par mois.

 

Quelques huiles essentielles utiles

Vous pouvez également avoir recours aux huiles essentielles.

En voie cutanée, ce complexe a fait ses preuves :
–             HE Ammi visnaga                                      0,5 ml
–             HE Hyssopus off ssp decumbens             4,0 ml
–             HE Inula graveolens                                   0,5 ml
–             HE Tanacetum annuum                            1,0 ml
–             HE Aniba rosaeodora                                  2,0 ml
–             HV Amande douce          qsp                       30 ml

Appliquez 8 gouttes, 6 fois par jour, sur le thorax pendant 5 jours, puis, 30 minutes après l’application, faire de la kiné respiratoire.

Pensez à aérer la pièce !

Les virus se diffusent beaucoup moins rapidement lorsqu’on aère régulièrement son appartement ou sa maison

L’air pollué irrite les voies respiratoires. Que ce soit de la poussière de moquette ou de la peinture, il est toujours utile d’ouvrir un peu les fenêtres.

Inutile de vous rappeler que le tabac est à proscrire près du nourrisson.

Vous pouvez également diffuser une solution atmosphérique pour assainir l’air de la maison : Lyso Home à raison de 10 ml d’huiles essentielles dans le diffuseur, en faisant 2 à 3 diffusions de 20 minutes (Labo Phyt’Inov.)

Pensez bien aussi à laver le bébé ainsi que son doudou qui peut devenir un nid à microbes…

Portez-vous bien !

Jean Pierre Willem

Sources

16 comments on “Bronchiolite : protégez vos petits !

  1. Bonjour cher Docteur Willem,

    Merci pour vos lettres si intéressantes.

    Je viens de terminer la lettre concernant la ;
    « Bronchiolite : protégez vos petits ! »

    Je suis heureux que vous préconisiez l’homéopathie et les huiles essentielles, ainsi que la kiné respiratoire.

    Je suis cependant étonné de ne rien voir d’autre.

    Je pensais que changer l’alimentation ou/ et réduire le nombre de repas ou la quantité de nourriture allait aider le nourrisson.

    Si vous pouviez m’informer de votre avis, j’en serais heureux.

    Avec mes compliments pour votre grand travail,

    Michel.

  2. Bonjour

    Je suis vos lettres régulièrement et vous ne parlez pas de l’huile essentielle d’encens.
    j’aimerai avoir votre avis et les propriétés de cette huile.
    merci

  3. Vous étes formidable d’efficacité et de simplicité;
    merci pour tous vos conseils,
    les parents sont tellement inquiets pour le petit qui « étouffe ».Portez vous bien également et bonnes fêtes.

  4. En partant du principe que nos maux proviennent des ressentis d’une situation vécue (sauf intoxication, anomalies…), la bronchiolite du petit enfant est souvent le résultat d’une séparation anormale d’avec la maman (atteinte dans son territoire -odeur, voix…- territoire qui est maman ou personne entourante). J’invite donc les mamans à réfléchir sur la séparation.

  5. Bonjour,
    Mon commentaire n’a rien à voir avec le sujet traité, j’ai 68 ans, mère de trois enfants et grand mère de 6 petits enfants qui ont passé l’âge d’avoir ce genre de problème
    Je lis vos lettres avec beaucoup d’intérêt mais pour l’instant je n’ai pas trouvé de solution à mon problème;
    J’ai eu plusieurs chocs émotionnels à la suite : décès de ma mère, poursuite en justice de la part de mon frère (succession), décès de mon frère ainé, de mon mari après 18 mois de trachéotomie dû à la maladie de Charcot (SLA) (il a demandé une fin d’acharnement thérapeutique, ne supportant plus sa déchéance, cela s’est passé à domicile avec notre médecin de famille, les soins palliatifs et le réseau SLA)
    Depuis je subis les conséquences sans trouver de solution, mon état émotionnel se répercute sur mes yeux qui se ferment, mes mâchoires qui se bloquent et mes cervicales qui se tendent jusqu’à me donner des vertiges. J’ai tout essayé : les méthodes chinoises, la relaxation, la sophrologie, l’acupuncture, les soins énergétiques et l’hypnose + l’absorption d’anxiolytique et la visite chez une psychologue…. sans gros résultat à ce jour. seule l’hypnose a eu quelques effets mais je n’en peux plus, cela me revient les yeux de la tête et là j’arrête tout. Avez vous une solution qui puisse me soulager ???? Je suis preneuse, j’en peux plus, cela perturbe ma vie de tout les jours
    Dans l’attente de vous lire
    Marianne Cassin

  6. Bonsoir,
    Mon commentaire en tant qu’aromathérapeute:
    Je trouve la prescription huiles essentielles dangereuse surtout pour un nourisson.
    La seule utilisable pour celui est eucalyptus radiata en diffuseur et transcutané.
    De plus un mélange ,c’est une réaction chimique et là on ne sait plus cequ’on fait…
    Alors pitié pour la peau ,le système neveux (cétones) et le fois de nos petits!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *