Attaque virale : elle fait souffrir le cerveau 

On n’aura pas fini de parler et d’entendre parler du coronavirus, en 2020 et probablement en 2021.

Mais, malgré le nombre d’études qui mettent en lumière des symptômes neurologiques chez les patients atteints du coronavirus, on entend peu parler de ces atteintes du système nerveux.

Pourtant il faut le dire sans détour : certains signes de la maladie d’Alzheimer (!) se retrouvent dès le mois de février 2020 chez certains patients.

Ainsi, au fil des mois, les médecins des EHPAD relèvent chez les comorbides, les premiers atteints de la covid-19 un ensemble de signes constitutifs de la maladie d’Alzheimer.

  • Oubli des événements récents (visite des enfants la veille) ;
  • Difficulté à accomplir les tâches familières (écrire, faire la cuisine, boutonner sa veste) ;
  • Problème de langage (ne trouve pas le mot exact) ;
  • Désorientation dans le temps et l’espace ;
  • Jugement affaibli (ne peut plus prendre de décision) ;
  • Difficulté face aux notions abstraites (perd la notion des chiffres) ;
  • Objets égarés (mettre les clefs dans le frigo) ;
  • Changements d’humeur (passe du rire aux larmes ou à la colère) ;

Bien souvent au début, le caractère insidieux des troubles, leur banalité et le peu d’inquiétude de leurs proches à leur sujet font que la maladie n’est découverte qu’après un ou deux ans d’évolution, lorsque ses manifestations retentissent clairement sur la vie quotidienne, c’est-à-dire lorsque la démence est constituée.

Quant aux patients atteints par la covid-19 qui ont été alerté par un seul signe, à savoir un trouble de l’odorat, ils se sentent rassurés dès lors que les experts expliquent que ce trouble régresse dans les 15 jours .

Or, rappelons que 80% de gens atteints par le coronavirus souffrent d’anosmie.

C’est la perte du sens de l’odorat.

Elle peut concerner toutes les odeurs ou quelques-unes d’entre elles.

Parallèlement ces trente dernières années, la littérature a mis en évidence une atteinte olfactive précoce dans l’Alzheimer, qui se généralise sur l’ensemble du spectre olfactif au fur et à mesure de l’aggravation de la maladie.

Ce n’est sans doute pas un hasard si au cours de l’évolution, les régions du cortex cérébral ayant conservé une association avec le système olfactif sont les régions phylogénétiquement anciennes comme l’hippocampe, l’amygdale et le système limbique du lobe temporal, dont on sait qu’elles jouent un rôle fondamental dans l’acquisition de la mémoire, l’apprentissage, les aspects émotionnels du comportement.

On sait que ces régions du cerveau limbique sont précisément celles qui sont touchées au cours de la maladie d’Alzheimer.

C’est la raison pour laquelle, cet unique symptôme, la perte d’odorat, peut être révélateur d’un avenir plus sombre.

L’anosmie correspond à l’effondrement des cinq barrières dont la dernière est la barrière hémato- encéphalique.

Dans ce cas, il est conseillé de surveiller chez ces patients l’apparition des troubles relatifs à la maladie d’Alzheimer dans les prochaines années.

Pour les plus jeunes, il existe bel et bien un risque de se voir diagnostiquer cette maladie neurodégénérative dans les 10 ou 20 ans.

Quand les signes neurodégénératifs apparaissent

En ces temps de pandémie, des chercheurs viennent de montrer que la présence d’agitation ou de confusion peut être le premier signe de la Covid-19, en particulier chez les personnes âgées.

Prenons l’exemple de M.B. âgé de 85 ans, qui s’est mis brutalement à être confus, à ne plus reconnaître ses proches…

Son entourage craint un accident vasculaire cérébral.

Même son de cloche chez le médecin appelé en urgence.

Ce n’est qu’à l’hôpital, lors d’un test systématique, que le diagnostic de Covid-19 est porté.

Et puis, le scanner découvre alors une atteinte pulmonaire massive.

Il y a déjà quelques mois, des chercheurs ont constaté que le coronavirus pouvait induire des troubles neurologiques.

Des médecins allemands de l’hôpital de la Charité à Berlin ont découvert que le virus infectait le cerveau, sans doute en remontant le long des nerfs olfactifs.

Ils ont publié leurs résultats dans la revue Nature Neuroscience.

Les médecins pensaient jusqu’à présent que ces troubles étaient provoqués par une baisse de l’oxygène dans le cerveau.

Selon une étude publiée dans la revue Neurology , une personne sur sept hospitalisées pour Covid-19 présenterait des troubles neurologiques.

C’est pourquoi, en ces temps de pandémie, si l’on est en présence de confusion, de signes de pseudo-accident vasculaire cérébral, d’une perte de la parole, d’altérations brutales de la marche, il faut toujours intégrer le test Covid-19 dans le bilan.

Personne n’ose le dire mais… ça ressemble à Alzheimer !

Des chercheurs chinois ont observé dès le début de l’épidémie que les troubles de la conscience étaient un signe de Covid-19.

Aux Etats-Unis, le Centre de contrôle des maladies (CDC) précise dans la rubrique « symptômes de la Covid » que l’apparition brutale d’état confusionnel même sans toux ni fièvre doit immédiatement évoquer la maladie.

Ces troubles concernent, le plus souvent, des personnes âgées.

Une personne sur trois atteintes de la Covid- 19, présente des perturbations neurologiques mineures telles que perte de l’odorat ou du goût, des maux de tête, des étourdissements, etc.

Ces symptômes – certes légers et sans gravité – traduisent l’impact du virus sur le cerveau.

Pour comprendre ces troubles, les chercheurs allemands ont examiné au microscope électronique le cerveau de 33 patients (moyenne d’âge 72 ans) décédés de la Covid-19.

Ils ont observé des particules intactes de coronavirus à l’intérieur de la muqueuse olfactive.

« Nos données suggèrent que le virus se déplace au travers des cellules nerveuses pour atteindre le cerveau, explique la docteure Radbruch, du département de neuropathologie de la Charité à Berlin. Il est probable, cependant que le virus soit également transporté dans les vaisseaux sanguins, car des traces du virus ont également été trouvées dans les parois des vaisseaux sanguins du cerveau ».

Peu à peu, les stratégies du virus sont dévoilées, ouvrant de nouvelles perspectives.

C’est ainsi qu’on relève un ensemble de signes cliniques d’ordre neurologique : céphalée, anosmie, agueusie, dépression, tendance suicidaire, crises convulsives, accident vasculaire cérébral, troubles de la mémoire…

Malgré ce tableau… aucun neurologue n’ose évoquer la maladie d’Alzheimer !

Et pourtant, le cerveau et les 7 paires de nerfs crânien s sont atteints.

Les observations cliniques d’Hervé Vespignani, professeur honoraire de neurologie à l’université de Lorraine, vont également dans ce sens, avec la mise en évidence par électroencéphalogramme de lésions cérébrales chez des patients atteints de la Covid-19.

Ces lésions peuvent avoir des séquelles cognitives sur le long terme : difficultés d’attention et de concentration, troubles du sommeil, troubles de la mémoire immédiate, voire des phénomènes psychologiques.

Alzheimer : une maladie infectieuse ?

L’un des premiers symptômes évocateurs de dommages neurologiques est la perte de l’odorat, régulièrement observée chez les malades déclarés.

C’est ainsi que les soignants ont rapidement fait le lien entre Covid-19 et de nombreuses autres manifestations ; confusion, agitation, dépression, névralgies, AVC …

De tels symptômes ont été constatés chez plus de 36 % d’une cohorte de 214 malades chinois, selon une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association.

Aujourd’hui l’atteinte virale du cerveau et du système nerveux est confirmée.

Il reste à démontrer l’évolution vers cette maladie neurodégénérative qu’on appelle Alzheimer.

La liste des bactéries pathogènes, virus, champignons et autres microbes retrouvés dans le cerveau des patients atteints de la maladie d’Alzheimer s’allonge continuellement.

Dans le cas d’Alzheimer, qui n’était jusqu’alors pas considérée comme une maladie infectieuse, la découverte de pathogènes dans le cerveau constitue à la fois une surprise et une source d’inquiétude.

La bactérie Porphyromonas gingivalis est apparue de façon répétée dans le cerveau de malades d’Alzheimer.

D’autres bactéries à impact buccal ont également été retrouvées, notamment le Fusobacterium nucleatum, le Prevotella intermedia et les spirochètes dont fait partie la Borrelia burgdorferi, le Chlamydia pneumoniae (la bactérie responsable de la maladie de Lyme).

Effondrement des 3 barrières immunitaires

Cette évolution pathogène s’effectue avec l’effondrement des barrières destinées à nous protéger des antigènes.

Dysbiose et détresse respiratoire liées ?

Structurellement et fonctionnellement, le système nerveux intestinal (ou système nerveux entérique) et le cerveau se ressemblent.

Ils utilisent les mêmes structures de neurones sensoriels et moteurs, les mêmes circuits de traitement de l’information, les mêmes neurotransmetteurs (acétylcholine, noradrénaline, dopamine et sérotonine).

L’intestin contient plus de 100 millions de neurones, sécrète au moins vingt neurotransmetteurs identiques à ceux que l’on trouve dans le cerveau, il produit la majorité des cellules immunitaires de l’organisme et héberge 100.000 milliards de bactéries.

L’association de la dysbiose et l’inflammation intestinale favorise l’émission de certains médiateurs de l’inflammation (les interleukines 1, 2, 4, 6, 10, 12 et les TNF (Tumor Necrosis Factor)).

Des chercheurs chinois ont étudié les modifications du microbiote chez les patients les plus atteints dont la plupart sont décédés.

Le séquençage de leur microbiote a révélé une diminution significative des bifidobactéries et des lactobacilles, principales familles de bactéries symbiotiques, ainsi qu’une augmentation de bactéries opportunistes telles Corynebacterium ou Ruthenibacterium.

La sévérité du manque d’oxygène sanguin était fortement corrélée aux taux élevés de cellules immunitaires et de marqueurs de l’inflammation.

Le cercle vicieux entre l’hyper-inflammation et la dysbiose intestinale semble constituer un risque élevé de détresse respiratoire fatale.

En phase aigüe, l’ADN du virus dans le sang n’était plus détecté que pour 10 % des patients, mais il l’était encore chez 50 % d’entre eux dans les selles, ce qui suggère que ces dernières pourraient être un mode de contamination plus généralisée (rôle du récepteur ACE2).

Du reste, n’a-t-on pas retrouvé des coronavirus dans les eaux sales de Paris !?

Nous savons que le système immunitaire intestinal est déterminant pour situer la qualité de nos défenses immunitaire.

Rappelons que le microbiote intestinal, pulmonaire, cérébral et hépatique sont interconnectés, même à distance.

Barrière endothéliale et entrée du virus

L’endothélium vasculaire constitue une barrière cellulaire entre les tissus et le sang.

C’est un facteur clé de la régulation de la tonicité et de la structure des vaisseaux.

En réponse à différents stimuli, les cellules endothéliales sont capables de synthétiser des molécules régulatrices.

Certaines conditions mécaniques ou physiologiques peuvent entraver cette fonction, et l’on parle alors de dysfonction endothéliale.

Elle se caractérise par un défaut de la vasodilatation endothélium-dépendante, provoqué par une réduction de la disponibilité de facteurs vasodilatateurs, comme l’oxyde nitrique (NO), et d’une augmentation de l’activation endothéliale.

Les Caucasiens sont le groupe ethnique où l’on observe la fréquence la plus élevée (30 %) du génotype homozygote de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ACE).

Cette enzyme produite par l’endothélium vasculaire est une enzyme clé du système hormonal rénine-angiotensine-aldostérone.

Elle est aussi connue dans l’implication de la pathogénie de l’athérosclérose, des atteintes cardiovasculaires et d’un ensemble d’organes, dont le cerveau.

Rien d’étonnant à cela puisque tous les organes sont interconnectés par l’intermédiaire

  • d’une part du système nerveux central et périphérique;
  • d’autre part du système cardiocirculatoire.

C’est pourquoi la plupart des grands syndromes sont multifactoriels et appartiennent à une même communauté physiopathologique : on sait d’ailleurs depuis longtemps qu’il existe des liens extrêmement forts entre les maladies coronariennes, l’état infectieux et inflammatoire, le vieillissement et la maladie d’Alzheimer.

Le coronavirus se multiplie dans les poumons en s’attachant à un récepteur appelé « enzyme de conversion de l’angiotensine 2 » ou ACE2.

Plusieurs substances augmentent le nombre de récepteurs ACE2 et pourraient ainsi faciliter l’entrée du virus : c’est clairement le cas de l’ibuprofène un anti-inflammatoire.

Barrière hémato-encéphalique : le dernier rempart

Un seul organe échappe dans un premier temps à l’assaut des antigènes : c’est le système nerveux central, qui comprend le cerveau, la moelle épinière et le système nerveux périphérique.

Le système nerveux est indispensable à la transmission de l’influx nerveux, et à ce titre est protégé par la barrière hémato-encéphalique (BHE).

La rupture progressive de la BHE sous l’assaut des antigènes (les agresseurs étrangers) est proportionnelle à la gravité du stress oxydant depuis l’atteinte des axones des nerfs périphériques puis des nerfs du système nerveux central, jusqu’à l’atteinte des corps neuronaux.

L’élément essentiel de la barrière hémato-encéphalique est constitué par les cellules endothéliales avec leurs jonctions serrées auxquelles il faut ajouter les astrocytes.

Les interactions entre cellules endothéliales et astrocytes sont plus étroites qu’entre tous les autres types de cellules.

Cette barrière est composée de deux types de cellules :

  • les astrocytes situés autour des vaisseaux : leur rôle est de protéger les neurones des substances étrangères susceptibles de pénétrer dans le cerveau ou la moelle épinière par le liquide céphalo rachidien, et donc par le sang ;
  • les cellules microgliales, dérivées embryologiquement des monocytes sanguins qui ont franchi la BHE ; elles possèdent donc, comme les monocytes, des propriétés de phagocytose et de mobilité.

Facteurs influençant la rupture de la BHE :

  • L’insuffisance hépatique parfois consécutive à une insuffisance cardiaque, respiratoire, intestinale et rénale générée par le récepteur ACE2.
  • L’hyperperméabilité intestinale : elle est également synonyme de vasoperméabilité qui est le marchepied vers la rupture de la BHE.
  • Un super-antigène viral : le coronavirus.

Bien que les coronavirus soient des virus essentiellement respiratoires, plusieurs recherches font état de leur capacité à infecter aussi le système nerveux central et à provoquer des troubles neurologiques.

Le neurotropisme des coronavirus est connu, notamment pour la famille des béta-coronavirus à laquelle appartiennent les SARS-CoV et les MERS-CoV qui se propagent actuellement.

Les neurones du système nerveux central sont souvent les cellules ciblées par le virus qui provoque leur dégénérescence.

C’est ainsi qu’il est utile de vérifier la présence de virus tel le coronavirus dans cette ultime barrière hémato-encéphalique, par le test Cyrex Array 20, pratiqué seulement aux États-Unis, au Canada, en Irlande et en Grande-Bretagne.

On peut aussi évaluer la réponse aux protéines ayant traversé la BHE.

La voie olfactive : une percée pour l’ennemi?

La structure qui concentre le plus d’ARN du SARS-CoV-2 est la muqueuse olfactive, qui est située sur le plafond au nasopharynx.

Cette muqueuse forme une interface entre le nasopharynx et le bulbe olfactif de l’autre côté.

Les neurones olfactifs déploient leurs extrémités dans la partie apicale de cette muqueuse.

Du côté basal de la muqueuse, ce sont les axones des neurones qui émergent ; ils sont directement connectés au bulbe olfactif dans le cerveau.

La rupture progressive de la BHE sous l’assaut des antigènes est proportionnelle à la gravité du stress oxydant depuis l’atteinte des axones des nerfs périphériques en passant par les axones des nerfs du système nerveux central, jusqu’à l’atteinte des corps neuronaux.

À ce niveau, l’affinité de l’antigène pour tel ou tel récepteur (ou voie de neurotransmission) induit une atteinte préférentielle : des récepteurs nicotiniques corticaux (Alzheimer).

Le neurotropisme du SARS-CoV-2, responsable du Covid-19, parviendrait à effondrer la BHE.

Prévention de la maladie d’Alzheimer: il est possible d’enrayer ce processus par un changement alimentaire et l’aromathérapie.

Voir mon livre « Alzheimer et odorat quand les arômes restaurent la mémoire ». Ed. Trédaniel.

Portez-vous bien !

Jean-Pierre Willem

Sources

41 comments on “Attaque virale : elle fait souffrir le cerveau 

  1. borrelia est responsable de la maladie de Lyme
    mais pas chlamydia pneumoniae

    une des causes de la maladie d’Alzheimer est l’accumulation d’aluminium dans le cerveau, notamment liée à la répétition des vaccinations contre la grippe hivernale

  2. Merci Docteur,
    Toux mes voeux pour 2021 qui nous l’espérons tous sera sous le signe de l’espoir. Votre explication bien détaillée permet de comprendre le mécanisme d’ infection donc de prévention aussi. Est ce une approche similaire pour la maladie de parkinson ?
    Bonne journée à tous.
    Christine

  3. Bonjour Jean-Pierre ,
    On se connaît depuis quarante ans !
    Vous ne vous souvenez sans doute pas de moi.
    Il y a plus d’un an vous avez publié un article sur le glaucome.
    Je l’avais précieusement gardé mais malheureusement mon IPad a été volé il y a un an.
    Je souffre hélas de cette maladie. Auriez-vous l’obligeance de me retrouver cet article dans lequel vous préconiser de boire un certain nombre de litres d’un produit se vendant en pharmacie.

    Je vous souhaite une belle et bonne année.
    En vous remerciant infiniment.

  4. Bonjour et merci. Votre lettre est un peu ardue à lire mais très instructive.
    Après lecture, je pense faire cadeau d’une cure de pro biotiques à mes deux fils qui ont été atteints par la Covid 19, avec grosse perte de l’odorat pour l’un. Il me semble que cela peut éviter les dégâts graves. Qu’en pensez-vous ?

  5. Bonjour et Meilleurs Vœux pour cette nouvelle Année 2021.
    Juste pour vous demander ou trouver vos livres que l’on ne trouve nulle part.Amazon je ne peut pas commencer ayant été pirater j’exclus. Comment puis je commencer vos livres .Merci de votre réponse. Très cordialement. Lydie .A

  6. Je me permets de vous dire que je ne trouve aucun intérêt à cette Newsletter assez incompréhensible pour le commun des mortels.
    Par contre, présenter vos voeux pour cette nouvelle année ferait sens.

    Belle année 2021 aux couleurs de la lumière infinie, de la compassion pour tous les êtres et de la Joie d’être vivant ici et maintenant.

  7. Super intéressant.
    Merci de nous faire partager vos connaissances sur la nocivité du civid 19 (et autres agents pathogènes)
    pourquoi ne faisons nous pas en France ce fameux test Cyrex Array 20 ?
    en quoi consiste-t-il?
    Je vais acheter votre livre cité dans votre article
    je vous présente mes meilleurs voeux

  8. Bonjour Docteur Willem ,
    Votre article, très intéressant m ‘interroge sur l’opportunité de la vaccination. J’étais plutôt sceptique quant à cette vaccination mais cela peut peut-être remis en question si le virus peut provoquer des atteintes neurologiques à long terme ? Le vaccin inocule t-il un déclencheur de ces maladies ou au contraire en protège-t-il?
    Vous serait-il possible de prolonger votre article sur la vaccination. Etant enseignante en collège-lycée, cette vaccination va nous être prochainement proposée et j’ai des difficultés à me faire une opinion.
    Merci beaucoup de votre action d’information et à mon tour, je vous présente mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année

  9. Cette lettre me rends très triste ,inquiète et découragée pour commencer cette nouvelle année! A 88ans nous avons besoin d’être encouragée ,stimulée pour continuer à vivre le mieux possible dans ce monde très perturbé !
    Merci de nous aider !

  10. Bonjour docteur Willem,
    j’ai eu le coronavirus début octobre, de façon légère mais j’ai perdu l’odorat et le goût pendant cette période. 3 mois plus tard, cela va mieux mais plus comme avant ou justement mon odorat était très fin, quand je lis votre message cela m’inquiète beaucoup et surtout je voudrais savoir comment faire pour ne pas que cela ai d’autres incidences, j’ai 67ans.
    Je vous remercie, car j’ai déjà une tendance à être hypocondriaque !
    Bien à vous.
    Catherine Deffense

  11. Bonjour Docteur
    Explications techniques très intéressantes.
    Mais dans tout ce que je reçois l’origine de ce virus n’est jamais mentionnée.
    Comment est-il né, qui l’a créé, comment a-t-il pu s’échapper et contaminer même
    les coins les plus reculés de la planète en si peu de temps?
    Y a-t-il des responsables, mais non coupables, selon la formule bien connue?
    La vérité serait-elle cachée sous le tapis?
    Cordialement.
    Jean Lazzarotto

  12. Depuis déjà longtemps je suis une inconditionnel des huiles essentielles dès les années 70 avec le Dr Valnet. Je possède un de vos livres: Antibiotiques naturelles. Avant hier j’ai visionné sur YouTube votre vidéo donc je respire romarin. J’ai un diffuseur d’huiles essentielles depuis longtemps je m’en sers tous les jours. Je suis née en mars 1940 époque troublée et je suis très attentive aux effets de cette pandémie sur le cerveau. Je suis professeur de yoga je ne peux plus exercer les salles de sport étant fermées. Malgré les protocoles sérieux en septembre et octobre : aucun cas contact pendant cette période. Arlette.

  13. Merci beaucoup Dr Willem pour cet éclairage averti ! … Le côté incidieux est la réaction lente ( d’après ce que j’ai compris…) et la corrélation associée entre les différents systèmes…pas au bout de mauvaises et étonnantes surprises en effet….

  14. Encore un tas d’arguments pour nous faire paniquer.
    Quand cesserez vous de suivre la meute qui sème la panique et dans la suite logique entrave nos libertés.
    Vous voulez que l’on reste cloîtré,tuer les relations sociales et après nous conseiller tout un tas de médocs ou d’huiles essentielles pour limiter nos angoisses et enrichir les labo qui se positionnent sur ce créneau juteux?

  15. Merci pour toutes ces lettres !
    Comme je suis une adepte du Dr Willem depuis de nombreuses années, j’ai fait l’acquisition de nombre de ses livres qui sont une source d’informations et en même temps d’espoir pour des maladies comme Alzheimer mais d’autres encore..
    Ce que je conseillerais en priorité :
    – Les huiles essentielles : médecine d’avenir (à détenir absolument)
    – Alzheimer et odorat : quand les arômes restaurent la mémoire
    – Les intolérances alimentaires : je ne veux plus être malade
    IL y en a bien d’autres mais ces 3 sont, à mon avis, essentiels
    Merci Docteur Willem de consacrer votre temps à la rédaction de ces lettres et livres qui sont pour moi une bouffée d’oxygène dans ce monde en perdition
    Merci !

  16. Bonjour Monsieur ,
    j’apprécie souvent votre lettre mais là non ,vous n’allez pas rejoindre toutes ces personnes alarmistes car c’est cela qui rendent les gens malades et qui les transforment en moutons ,c’est cela que vous voulez pour nos jeunes qui ont déjà bien du mal à avoir une réflexion individuelle autre que véhiculée pas les réseaux sociaux et nos gourvernements mondialistes ont bien compris comment nous faire faire ce qu’ils veulent sans violence , avec la peur (que personnellement je
    pense être de la violence ) si des personnes âgées meurt, c’est dans l’ordre des choses ;nous avons 73et 80 ans nous avons été en contact avec notre fille (46ans)qui à été malade du covind le lendemain de notre séjour chez eux ,sa famille (5)et nous même n’avons rien eu alors que les embrassades ont été généreuses avec tous ..Comment s’est elle soignée ? vitamine C 4 comprimés , vitamines D3 4 gouttes et tisane d’artémisia 3 tasses /par jour,purification de l’air en aérant chaque jous 1/4 d’h. C’est comme une très grosse grippe m’a t’elle dit violentes courbatures ,maux de tête , les premiers jours un peu de fièvre ,perte de l’odorat ,qu’elle a presque récupéré …nous avons suivi le même protocole en prévention .

  17. Merci Dr Willem. C’est très bien vulgarisé ce que vous dites .J’ ai déjà lu plusieurs de vos livres et je me soigne ,et soigne ma famille, avec des huiles essentielles en m’appuyant sur vos recommandations qui sont dans votre livre « Les huiles essentielles ». Actuellement, lorsque je dois sortir en public, je verse quelques gouttes du mélange Ravensara ,eucalyptus radiata ,laurier noble à l’intérieur de mon masque

  18. Merci Docteur Willem pour toutes c’est informations si présieuses, encore merci pour toutes c’est lettres encore merci
    Bien a vous Jacqueline

  19. Je vous souhaite M Jean-Pierre willem une bonne année et santé. Merci pour vos informations si précieuses dans le contexte actuel ,merci , merci mille fois de nous faire partager votre savoir ,c’est précieux et même vitale de nos jour. Je salue aussi l’homme et son courage de médecin malgré les pressions diverses .Recevez monsieur toute ma gratitude .Gress gerard

  20. je ne cesserai jamais de vous le répeter. Vos messages , fort intéressants, sont BIEN TROP LONGS, JE REPETE ENCORE ,BIEN TROP LONGS pour le grand public, surtout pour les personnes d’un certain áge.
    On n’est plus, hélas, à la Faculté.
    Si vous pouvez rejoindre et convaincre jusqu’au bout une large audience pour toutes vos promotions, ne tenez pas compte de ma « confession ». Si, bien au contraire, vous peinez à établir des contacts. la raison principale se cache sous la longueur de vos missives.
    Quant à moi, hélas, trois fois Hélas aurait dit Bossuet, « j’abandonne »
    à la moitié de vos longues lettres. C’est bien dommage.
    Dans la vie , on gagne plus à être BREFS tout en étant DIRECTS.
    Je vous prie de bien vouloir m’excuser pour « ce cri du coeur ».
    Si vous ne répondez pas , aucun problème: alors, c’est votre affaire.
    Cordialement
    René Benvenuti

  21. Bonsoir, le pire est à venir. Je suis âgé et pessimiste ssur le vacin. Comment faire pour me proteger avec des complements et une bonne alimentation?
    Merci

  22. Votre article m’a fait très peur ma fille de 30 ans a eu le covid perte du goût et de l’odorat pas encore retrouvé après 2 mois. J’étais déjà inquiet car conséquences inconnus mais en lisant votre article ce lien avec alhzeimer je suis encore plus angoissé mais que faire dans ce cas pour tous les malades concernés. Auront-ils tous un alzheimer précise???

  23. un remède contre le virus : éternuer sans retenue chaque soir (dehors de préférence). Mais comment provoquer l’éternuement ?

  24. Bonjour, le test de dépistage Covid, par prélèvement au fond du nez, pourrait-il favoriser le passage du virus vers le cerveau ??
    Ne serait-il pas plus prudent de faire le prélèvement dans l’arrière gorge, comme cela se fait en Suisse ??
    Si il y a plein de virus dans nos goutelettes de salive, pourquoi allez agresser le fond du nez ??
    Grand merci pour votre avis.

  25. Bonjour Docteur,
    C’est bien gentil de nous écrire une telle lettre, mais au risque de passer pou une
    abrutie profonde, je dois vous avouer que je n’ai absolument RIEN compris…
    Mon défunt frère eut sûrement apprécié, lui qui tout comme vous était lié aux autres humains par le serment d’Hyppocrate.
    Malheureusement, lui ne pourra plus m’expliquer..
    Voilà, je pense, malgré tout le respect que je vous dois, que là vous avez tout de même fait FORT!
    « Une année qui finit, c’est comme une pierre qui tombe dans la citerne des âges avec des résonances d’adieu » a dit Confusius
    Tout à fait d’accord, et BON DEBARRAS 2020, mais si, comme je l’avais déjà ressenti, vous souhaitez rendre 2021 plus acceptable que son précédent pour le commun des mortels, ce serait sympa de leur expliquer ce que vous désirez leur transmettre autrement que si vous vous adressiez à des élèves de 1ère ou 2ème médecine !…
    Sans rancune, et de tout coeur, puisse 2021 vous apporter tout ce que vous souhaitez pour vous-même.

  26. Bonjour Monsieur,

    j’aimerais savoir si la rééducation olfactive peut être envisagée dans le cas d’une maladie de Parkinson ?
    Quelles en seraient les effets ?
    Merci pour votre attention
    Recevez, Monsieur, mes respectueuses salutations.
    Mme PAGES

  27. Bonjour,
    Je suis les articles du Dr Willems avec grand intérêt.
    Je viens de découvrir une vidéo sur mon smartphone et j’ai constaté qu’il avait publié de nouveaux livres et je ne suis pas au courant…sur les Virus, sur l’olfaction…et peut-être d’autres.
    Alors SVP faites moi savoir quelles sont ses nouvelles publications livresques et où je peux me les procurer.
    Je vous en remercie infiniment, vous souhaite une belle et bonne année 2021 avec surtout une bonne santé. Bien cordialement.

  28. IL NE ME reste plus qu’a acheter votre livre, cette lecture est un peu compliqué a comprendre pour un être humain ordinaire qui ne posséde que des connaissaces en mécanique agricole .

  29. Question
    « Les neurones olfactifs déploient leurs extrémités dans la partie apicale de cette muqueuse » écrivez-vous ; je ne sais pas si je comprends bien mais je me demande si les testPCR qui sont pratiqués peuvent fragiliser cette muqueuse et finalement risquer d’offrir une porte d’entrée à un virus qui ne se serait pas encore présenté ??? Merci pour votre réponse

  30. Très cher Jean-Pierre,
    Je découpais une mangue il y a quelques jours tout en me rappelant des moments heureux partagés avec la famille et toi dans le jardin de Thu Duc lors de tes visites qui nous m’étaient tous en joie. ! Et voilà que mon amie Yasmina Yassa-Kepel me parle de toi… je me demande parfois ce que sont devenus tous ces enfants de Terre des Hommes que tu venais soigner à la maison. Merveilleux médecin si dévoué à leur cause durant de ces années de guerre !
    Bravo pour ce que tu continues de faire. Je crois sincèrement que cela aide beaucoup de gens.
    À très vite peut-être…
    Sylvie

  31. Bonjour

    Je souhaite avoir un conseil du Dr JP Willem.

    J’ai 41 ans et ai 6 enfants. Nous avons tous les 7 eu le coronavirus début mars 2020 à Paris (mari asymptômatique sans doute). Deux de mes enfants et moi-même avons perdu le temps d’un jour le goût et l’odorat mais tout s’est rétabli ensuite. Pourtant ma fille aînée de 15 ans se plaint parfois d’un odorat ou goût moins développé (en nov. 20). J’ai entendu votre émission Radio ND 12/01/21.

    J’aimerais savoir s’il faut suivre la rééducation olfactive et/ ou l’ordonnance-minute de la newsletter du 16/10/20 ou si ces seuls signes ne sont pas inquiétants (Alzheimer dans 10-20 ans) ?

    Bien cordialement
    Laurette Giraud

  32. j ai bien aimé votre lettre et j’ai voulu acheter votre livre « Alzheimer et odorat »
    Il est en rupture pouvez-vous m en vendre un , ma fille ayant eu cette atteinte olfactive avec le covid a du mal à retrouver le gout et l’odorat et je pense que votre livre me serait utile. D’autre part j’utilise de »l’huile du bon samaritain » en prevention et traitement antiviral.
    Merci pour vos lettres et vos livres « huiles essentielles médecine d’avenir »et » tout savoir sur les virus… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *